Violence sur une Militante Sahraouie

Capture d’écran d’une vidéo mise en ligne sur Twitter par l’ambassadeur du Front Polisario auprès de l’UE, montrant la militante sahraouie Sultana meurtrie suite à une attaque de la police marocaine.

Les violations des droits de l’homme au Sahara occidental, qui est occupé par le Royaume du Maroc, ciblant les journalistes séparatistes sahraouis, les civils et les militants séparatistes se sont intensifiées après une escalade en novembre qui a mis fin à trois décennies de paix relative dans la région.
Le 13 février, le militant Sultana Sayed Ibrahim Khaya a été soumis à des violences physiques et à des coups de la part des autorités marocaines à Boujdour, une zone disputée entre le Royaume du Maroc et le Front Polisario, le mouvement basé en Algérie pour l’indépendance du Sahara occidental.
Sultana Khaya, qui est la présidente de la Ligue sahraouie pour la défense des droits de l’homme et la protection des ressources naturelles, et membre de la Commission sahraouie contre l’occupation marocaine, a été blessée au visage et à l’œil après avoir été bombardée de pierres par les forces de sécurité marocaines.
Sa sœur, Alwaara, a été blessée au visage près de la bouche à la suite des coups. Pendant ce temps, les forces de sécurité marocaines imposent un siège au domicile de leur famille dans la même ville, ne leur permettant pas de quitter ses locaux.
Concernant le passage à tabac de la militante Sultana, la militante sahraouie Aminatou Haidar a écrit:

Escalade régionale
La scène politique régionale s’est réchauffée le 13 novembre de l’année dernière, à la suite de l’incident de la zone frontalière de Guerguerat, située dans une zone tampon surveillée par la mission des Nations Unies MINURSO, chargée de mener à bien un référendum sur l’autodétermination dans l’Ouest. Sahara.

Fin octobre, des civils sahraouis ont bloqué la route de Guerguerat, qui traverse la zone tampon et relie le Sahara occidental à la Mauritanie. La zone est depuis longtemps sous le contrôle du royaume marocain, que le Polisario considère comme une violation de l’accord de cessez-le-feu de 1991 signé par deux parties.

Le 13 novembre, les forces militaires marocaines ont nettoyé la zone tampon des civils et des militants politiques sahraouis sans faire de blessés ni d’arrestations. Le Polisario a considéré cette action comme une fin effective du cessez-le-feu et s’est engagé à «reprendre la guerre». Le président de la République arabe sahraouie démocratique, Brahim Ghali, a annoncé que le Front Polisario mettait fin à l’accord de cessez-le-feu et, depuis lors, des échanges de tirs ont été signalés entre les deux parties.

La répression systématique par l’occupation marocaine s’est intensifiée contre les Sahraouis non armés de manière «hystérique» dans les zones occupées du Sahara occidental. Sans parler du siège de leurs maisons et de leur enlèvement, jusqu’à l’élimination physique.

De grandes parties du Sahara occidental riche en phosphate sont sous occupation marocaine depuis 1975, malgré les revendications d’indépendance de ses habitants. Rabat rejette tout référendum d’autodétermination tant que l’indépendance est l’une de ses options, bien que le Maroc lui-même ait accepté cette option dans le cadre du cessez-le-feu de 1991 avec le Polisario, négocié par l’ONU, qui ne reconnaît pas l’annexion du territoire par le royaume. L’effet incendiaire de cette situation s’est aggravé après que les États-Unis ont reconnu la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental contesté en décembre dernier, dans le cadre d’un accord dans lequel Rabat s’est engagé à normaliser ses relations avec Israël.

Suite à cette reconnaissance américaine, qui mettait en garde contre une escalade de la violence, la Commission sahraouie contre l’occupation marocaine a écrit:

Même si le monde s’alliait contre le peuple sahraoui (ce qui est bien sûr impossible), cela ne briserait pas sa volonté de liberté et d’indépendance. Cela ne changerait pas le statut juridique d’un territoire non autonome du Sahara occidental examiné par la Commission des questions politiques spéciales et de la décolonisation (Quatrième Commission).

Selon les organisations locales qui surveillent la situation des droits de l’homme au Sahara occidental, les événements de novembre ont été suivis par la police marocaine qui a sévi contre les militants sahraouis, avec des perquisitions à domicile, une surveillance accrue et des arrestations. De plus, l’accès à la région est devenu particulièrement difficile pour les observateurs extérieurs. En 2020, les autorités marocaines ont empêché au moins neuf avocats, militants, politiciens et journalistes d’atteindre les territoires du Sahara occidental.

Dans une déclaration à Human Rights Watch, la militante Sultana a déclaré que l’attaque contre elle en février n’était pas la première, car la police avait déjà fait une descente au domicile de sa famille le 19 novembre, battant sa mère de 84 ans à la tête Conscience, puis a été emmenée à l’hôpital dans une ambulance, et a blessé sa sœur Alwaara Sayed Ibrahim à la tête avec une barre de fer, ce qui lui a causé une hémorragie.

Le représentant du Polisario en Europe et dans l’Union européenne Oubi Bachir a écrit:

«C’est la taxe de lutte, je savais que je devais la payer. J’étais prêt et je le suis toujours, peut-être plus maintenant que jamais. C’était le résumé de ma conversation avec elle ce soir, pour vérifier son état après l’attaque perfide d’aujourd’hui par la police marocaine. Elle était stressée et sa voix se brisait, mais sa fierté est soutenue et continue. En effet, Sultana Khaya # سلطانة_خيا est une femme avec la force de mille hommes !!

Biais international »
Le 10 mars, dans un communiqué publié sur son compte Facebook, Sultana a critiqué ce qu’elle a qualifié de partialité de la Croix-Rouge internationale en faveur du Maroc, notant qu’elle avait fait appel à plusieurs reprises aux «organisations internationales de défense des droits de l’homme et des nations, en particulier au Comité international de la Croix-Rouge, pour intervenir d’urgence et me protéger, moi et ma famille, de l’oppression de l’occupation marocaine. La déclaration ajoute:

Face à ce que ma famille et moi endurons – des crimes contre l’humanité, le terrorisme, la persécution, la répression systématique, la traînée dans les rues, le refus de visiter la maison, la coupure de courant de la maison de ma famille à Boujdour occupé, et me jetant avec du poison substances, je ne connais pas leur nature.

Elle a ajouté qu’une visite d’une délégation de la Croix-Rouge internationale dans des entités marocaines de la ville occupée de Laâyoune, le 6 mars, était «une violation flagrante des principes d’indépendance et de non-alignement».

Violations passées
Dans ce qu’elle a qualifié de «déplorable situation des droits humains des civils sahraouis», Sultana Khaya a évoqué le politicien sahraoui détenu Mohamed Lemine Abidin Hadi, qui a été condamné à 25 ans de prison dans des procès entachés de vices et de vices. Mohamed Lemin est en grève de la faim ouverte depuis le 13 janvier et sa famille s’inquiète de la détérioration de sa santé et de son incapacité à communiquer avec lui en raison de l’intransigeance de l’administration pénitentiaire marocaine.

Dans sa déclaration, Sultana a également évoqué «les condamnations injustes et illégales du tribunal d’occupation marocain à l’encontre des militants des droits de l’homme Ghali Hamdi Albu Bouhala et Muhammad Othman Potosofra, et la liste est longue de violations et de répression systématique contre les Sahraouis qui rejettent l’occupation».

Dans le même esprit, Hayat Khatri, journaliste sahraoui à la télévision et à la radio, a décrit que les Sahraouis des villes occupées vivent dans:

Un environnement politique répressif dangereux, que la violation des droits humains sahraouis balaie ses espaces de toutes parts, pour que l’Etat occupant impose son contrôle sur les articulations de la résistance sahraouie, et affronte les Sahraouis par tous les moyens qui dégradent la dignité humaine.

Hayat a également déclaré que la maison de sa famille dans le quartier d’Al-Hashisha est encerclée et sous surveillance, ajoutant que «les forces marocaines utilisent une tactique barbare visant à freiner tout acte de résistance par lequel les civils sahraouis tentent d’exprimer leurs positions politiques contre l’existence. de l’occupation.

En outre, dans un rapport publié le 18 décembre, Eric Goldstein, directeur exécutif par intérim de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord de Human Rights Watch, a déclaré: «Les forces marocaines et du Polisario peuvent faire face à des conflits frontaliers et diplomatiques, mais cela ne justifie pas la répression marocaine des civils sahraouis. qui s’opposent pacifiquement à la règle marocaine.

Le Washington Post a récemment publié une analyse des vidéos qu’il a menées, montrant une violente agression physique des agents de sécurité marocains contre des militants sahraouis en juillet dernier, contrairement à la version officielle.

Des avertissements sont lancés selon lesquels la situation au Sahara occidental va empirer à moins que les parties internationales n’interviennent pour résoudre le conflit. «Les récentes hostilités laissent présager une nouvelle escalade, surtout en l’absence d’efforts internationaux pour calmer la situation et ramener les deux parties à la table des négociations», a écrit un rapport de Crisis Group le 11 mars.

Global voices

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s