Les Yoruba et leurs Voisins Hausa : Dayo ou l’Histoire d’une Mise

Blog1

Dayo Amusa est une actrice et chanteuse nigériane

Dayo est née à Lagos. Elle est l’aînée d’une famille de cinq enfants. Sa mère est originaire de l’État d’Ogun tandis que son père est originaire de Lagos. Elle a fréquenté l’école Mayflower, Ikene. Dayo a étudié les sciences et technologies alimentaires à Moshood Abiola Polytechnic avant de commencer sa carrière d’actrice en 2002. Bien qu’elle joue principalement dans des films en yoruba de Nollywood, elle a également joué dans des films en anglais. Dayo est la propriétaire des écoles PayDab qui a deux sites à Ibadan et Lagos.

Blog1

Les images de Dayo ci-dessus la montrent  apparaissant dans une émission télévisée en yoruba réservée aux célébrités yoruba du monde du cinéma et du showbiz. Elle arbore un accoutrement unisexe ethniquement singulier. Ce style vestimentaire qui se veut marginal dans une émission Gbajumo Osere, consacrée à la mise en valeur de la culture yoruba, réalise une double subversion sexuelle et ethnique. Subversion sexuelle, en cela que Dayo porte une tunique et un pantalon ( agbada & chokoto) qui est une vêture plutôt masculine dans la manière de s’habiller yoruba ; et subversion ethnique parce qu’elle a  porté une casquette hausa.

La question de l’identité ethnique est très importante au Nigeria, contrairement au Bénin, par exemple. La raison est que, comme le Nigeria est une fédération d’états regroupés en trois grandes régions ethniques Nord, Est et Ouest, chaque région, à défaut de chaque état doit assumer son identité culturelle, à défaut d’être happée par les autres. Dans cette grande masse informe qu’est le Nigeria, il est ontologiquement périlleux d’être yoruba, individu ou état, si on n’en assume pas les implications culturelles. Cela est considéré comme un impératif catégorique de l’appartenance à la Fédération nigériane. Pour ne pas se noyer dans l’océan de la fédération, chacun se raccroche à sa branche ethnique. D’où l’importance que les Yoruba, — mais cela reste vrai pour les Ibo et les Hausa – de rester Yoruba, de s’affirmer Yoruba. L’exemple Yoruba est cité parce que les Yoruba sont nos voisins du Sud, et nous constatons bien comment par rapport à l’assomption de l’identité yoruba, ils sont bien plus en avance que leurs cousins du Bénin ou du Togo ; bien que cette différence tienne aussi à l’histoire de la différence des colonisations dont francophones et anglophones ressortissent.

Dans ces conditions, qu’une actrice du cinéma et chanteuse yoruba comme Dayo s’affiche dans cette double subversion vestimentaire montre très bien le discours qu’elle tient, à savoir celui du refus de s’enfermer dans un cliché féminin, et aussi le discours cosmopolite de la détribalisation.

Comme le montrent les images, pour des raisons historiques et géographiques, il y a bien des choses en commun entre les Yoruba et leurs compatriotes Hausa/Peuls. D’abord la mobilité géographique des Yoruba fait que, bien qu’étant une ethnie dont le foyer se trouve au sud près de la côte, ils ont connu une expansion qui les a approchés des zones situées près du sud du Sahel. Ce qui les a mis au contact des Hausa/Peul maître de la zones sahélienne, avec lesquels ils eurent maille à partir, et qui à travers des conquêtes, étendirent leur influence sur la partie septentrionale de l’espace yoruba. Cette influence fut à la  fois politique et religieuse. De  là aujourd’hui le fait que près d’un yoruba sur deux du Nigéria est musulman. Et, outre la géographie,  l’influence de la culture islamique sert de pont entre les deux  groupes ethniques, y compris parmi les Yoruba qui ne sont pas musulmans.

Donc cette manière de s’afficher de l’actrice Dayo est en soit tout un discours, toute une histoire. Mais on ne saurait sous-estimer la contrainte esthétique, le fait que cette casquette hausa qu’elle a portée était aussi la seule qui correspondît avec l’ensemble unisexe  qu’elle a porté.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tenues vestimentaires yoruba style moderne

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tenues vestimentaires hausa style moderne

Blog1

Les trois styles de casquette yoruba

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Casquettes hausa

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les joueurs de bata, tambour yoruba à deux faces . De par leur forme, ces tambours sont tenus en bandoulière. Les Yoruba partagent avec les Hausa le port du tambour en bandoulière

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Joueurs de tam-tam hausa

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Par  le biais de la culture islamique qu’ils ont en partie en commun, les vêtements hausa et yoruba se ressemblent de plus en plus. Même chez le Yoruba en bleu, la casquette est plus proche d’un type hausa droit que du type yoruba  à rabat. Tandis que les coiffures féminines n’ont presque aucune différence.

Ayodele Babatope

copyright5

 

2 commentaires

  1. Merci pour cette image de ma soeur Dayo qui pour moi est une démonstration percutante que la femme nigériane peut aussi porter agbada et chokoto plus la casquette comme les hommes !!!

    Tenue que portent également les Gouns au sud Bénin, plus précisément à Porto-Novo avec le gõbi sur la tête, casquette identique à celle que portent les yorubas.

    Merci pour ces informations
    interessantes sur les deux plus grandes ethnies nigérianes.

    1. Oui il y a beaucoup de similitudes et c’est rassurants si les ethnies du Nord et du Sud du Nigéria s’accordent au moins sur cela.

    J’ai toutefois noté que les tenues yoruba sont plus richement agrementées, hautes en couleurs très gaies, et bijoux en perles assortis pour le couple, l’ homme et la femme.

    Les tenues Haousa sont en tissus et couleurs différentes et très sobres pour l’homme Haousa et ses femmes. L’homme ne porte pas de collier de perles et les femmes portent de petits colliers à peine visibles.

    Cela dénote à mon avis d’une certaine liberalité et d’une grande importance du couple chez les Yoruba, alors que chez les Haousa, il semble que l’Homme, le Pater Familias, polygame est le Maître absolu qui vit entouré de ses femmes. 😇

    Les tenues des joueurs de tam-tam Yoruba sont aussi très richement brodées alors que les joueurs Haoussa sont très simplement habillés bien qu’ils portent leurs instruments en bandoulière comme leurs collègues yoruba.

    Rassurez moi que je ne me trompe pas!!!

  2. Oui, les vêtements et d’une manière générale la mise des Hausa sont plus sombres en couleur comme en apparence que ceux de leur voisins Yoruba, même s’il y a parallélisme des formes. L’obédience à la culture islamique peut expliquer cette sobriété.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s