Révision de la Constitution : le Sport Royal des Dirigeants Africains

blog1

La révision de la constitution est, on le sait, le sport royal de nos dirigeants en Afrique. La fréquence et la régularité soutenues avec lesquelles les régimes, souvent au pouvoir depuis des décennies, y font recours éclairent sur la fonction politique de cette manie qui hante la classe dirigeante africaine.  L’obsession de toucher aux lois n’épargne pas leur esprit. La tentation de réécrire à tout bout de champ la loi dans des sociétés où l’écriture n’a pas une longue histoire, et où la loi en tant qu’elle relève de la science du droit est basée sur la chose écrite, apparaît comme un paradoxe qui trahit sans doute un atavisme têtu de la culture de l’oralité.

L’autre paradoxe de la manie de toucher à la constitution pour un oui ou pour un non, c’est que cela est censé dénoter d’une  haute sensibilité démocratique, traduire le souci d’une valorisation de la justesse constitutionnelle de l’action politique de ceux qui s’y adonnent. Cette rationalisation emphatique que ne ternissent pas les critiques voire les accusations des opposants trouve un fallacieux écho dans la surdétermination du constitutionnalisme. En effet, sous nos tropiques fait rage un impérialisme constitutionnaliste à prétention intellectuelle dont les chantres et les ténors, loin de se prendre pour une merde, passent aux yeux de la classe politique et d’une partie de l’opinion pour le firmament de la pensée politique, pour ne pas dire de la pensée tout court…

Adenifuja Bolaji

copyright5

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s