Connaître la Proie de sa Proie : Ce n’est pas Donné à Tout le Monde

blog1.jpg

À partir de 600 à 800 m de profondeur, beaucoup de poissons utilisent des leurres bioluminescents, notamment pour attirer leurs proies. Les ceratoïdes ont développé plusieurs types d’appâts pour compenser leur nage médiocre. Certains possèdent leur organe lumineux à l’extrémité d’un pédoncule frontal appelé illicium. Cet appât peut être balancé régulièrement et doté d’une série d’appendices mis en mouvement par les battements du pédoncule comme chez Himantolophus. Chez d’autres, le leurre, prenant la forme d’un petit crustacé, est implanté sur leur palais. Le poisson garde sa gueule ouverte en attendant qu’une proie s’approche du leurre. Chez les dragons à écailles, l’appât est fixé sur un pédoncule qui pend sous la mâchoire inférieure

Akondé Benoît

copyright5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s