Wole Soyinka : « Charity Begins at Home », au Bénin, comme au Nigeria

blog1.jpg

Dans un récent message signé par des personnalités du monde intellectuel africain et international et portant sur la crise électorale au Bénin, on  a vu en bonne place le nom de Wole Soyinka.  La notoriété de ce lauréat du prix Nobel de littérature a apporté son lustre à une liste qui n’était déjà pas moins chargée de signatures prestigieuses.

A en juger par sa participation à cette communication on peut dire sans risque de se tromper que Wole Soyinka se soucie non seulement de la vie politique mais aussi et surtout, de la justice sociale et politique au Bénin.

Mais quid de son propre pays, le Nigeria ? Buhari vient de voler en plein jour les élections présidentielles dans un holdup violent et cynique, savamment orchestré. Ce vol électoral a été réalisé sans grand bruit ni protestation parce que le seul critère de révolte électorale sous nos cieux est la contestation régionaliste. Or, ici, la victime et le voleur sont tous de la même région, de la même ethnie et de la même religion. D’où le grand silence dans lequel est tombé ce forfait considérable et cynique. Pendant ce temps, où sont les  Wole Soyinka, et autres Femi Falana, intellectuels et activistes de renom, d’habitude si vocaux ? Pourquoi entre les élections où on truque sans exclure  et les élections où on exclut sans truquer, des intellectuels font-ils leur choix et se laissent abuser ?

Wole Soyinka, Femi Falana et bien d’autres intellectuels du pays yoruba sont terrés dans le silence et obéissent à sa loi. Une omerta subtile règne sur le forfait antidémocratique scandaleux par lequel Buhari s’est maintenu au pouvoir, en dépit de son échec politique et économique, par une fraude savamment organisée sur fond de corruption et de violence. Qui ose s’y opposer se met à découvert à ses risques et périls, d’autant plus que l’intérêt et le mot d’ordre ethniques sont aussi en jeu. Selon les critères éthiques et culturels de la comptabilité politique, les Yoruba estiment en avoir pour leur compte : ils ont la vice-présidence et la présidence du parlement !

Wole Soyinka et consort ne voient pas la poutre  qui est dans l’œil du Nigeria mais se dévouent pour enlever la paille qui est dans l’œil du Bénin. Au risque de ne pas plaire aux Anglais, leur colonisateur pour qui Charity begins at home.

Àdékòyà Bádéro

copyright5

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s