Publié dans Essai, nigeria

Nigeria, Sociologie et Morphologie d’une Nation Héritée : Quand le Tout est Pire que la Somme des Parties

blog1

Le Nigeria est-il à la hauteur de ses exigences sociales en termes de droits humains fondamentaux ?  Au vu de l’impression qui se dégage de la réalité quotidienne de ce pays, voilà une question qui ne manque pas de sens. Impression d’autant plus forte que le point de vue est extérieur. Le Nigeria est en gros 10 fois plus étendu et 20 fois plus peuplé que le Bénin voisin. Le Bénin à la taille moyenne de 4 États nigérians réunis et sa densité est en moyenne deux fois inférieure. Et pourtant, le nombre d’actes de violence, de crimes, de délits et de meurtres qui se commettent quotidiennement au Nigeria — Boko haram et Cie mis à part — divisé par 20 est encore 5 fois supérieur au nombre béninois équivalent .

Preuve que si, au lieu d’être une Fédération de 36 États, le Nigeria était composé de six États, comme à l’orée de l’indépendance ou de 8 États — 3 au Sud, 3 au Nord et 2 au Centre — il y aurait  certainement moins de violences, moins de crimes et de meurtres par État –que dans le Nigeria en l’état — et ce dans le plus grand intérêt de ses populations.

Conclusion : sous réserve de comparer ce que ces États séparés gagnent à être unis, la seule considération de ce qu’ils perdent en l’étant dans la fédération nigériane laisse voir qu’en terme de calamités sociales, le tout est pire que la somme des parties !

Alan Basilegpo

copyright5

Publicités