Publié dans Résoc

Bénin-Politis /Écho des Réseaux Sociaux

politis

Chronique des réseaux sociaux – 21 février 2017

L’Opération de Déguerpissement : Ce qu’elle n’est pas ; ce qu’elle devrait être

komlan

Les réseaux sociaux débattent beaucoup de l’opération de déguerpissement qu’a entrepris le régime de Patrice Talon afin de rendre les grandes villes béninoises plus propres et plus présentables aux touristes visitant le pays.

Différents aspects de cette opération ont fait l’objet de critiques. Mais un post whatsapp nous semble avoir synthétisé de façon presque exhaustive tous les aspects importants de cette opération et ce qu’elle aurait dû être. Il émane de notre frère et ami Honoré Kodjo LOKOSSA.

Message posté sur le forum « Peuple Béninois Debout

Bonjour le Forum

A PROPOS DE L’OPÉRATION DE DÉGUERPISSEMENT

Au motif de rendre nos villes belles et propres, le pouvoir de Patrice Talon  s’est lancé dans une opération de déguerpissement par la libération des espaces publics dans les grandes villes du Bénin et notamment à Cotonou.

Si tout le monde peut partager l’objectif de rendre nos villes plus attractives, les méthodes utilisées divisent.  Deux approches sont possibles : la méthode participative ou la méthode bureaucratique et brutale de Talon/Toboula

La première consisterait à associer les populations au projet. Cela permettrait de réfléchir aux conséquences et de dégager des pistes de solutions possibles. Par exemple, on aurait pu retenir un ou deux arrondissements témoins où on casse et on reconstruit progressivement tout en traitant plus facilement les conséquences. On aurait pu aussi choisir par quartier,   une rue dédiée provisoirement aux commerces de proximité, en attendant de libérer des réserves administratives indûment affectées à d’autres fins, pour construire des marchés locaux.

 Cette approche  offre de plus, l’avantage d’éduquer les masses par l’exemple. On gagne ainsi l’adhésion des populations qui, en s’appropriant le projet, en deviennent les acteurs de la prise en charge et de la pérennité.

Rien de tel avec Talon. C’est sa méthode qui est appliquée avec brutalité et arrogance. On casse à tout va, partout et en même temps sans se préoccuper des conséquences et sans plans de reconstruction ou de réaménagement des espaces libérés. Résultats : c’est la destruction de pans entiers de l’économie informelle dont vivent de nombreux habitants des villes . Avec plus de chômeurs et d’oisifs livrés à la misère, on aggrave l’insécurité dans les villes. De nombreux petits commerçants régulièrement installés par autorisation des municipalités contre paiement de redevances, sont désespérés. Ceux qui ont contracté des emprunts pour construire leurs kiosques ou abris de fortune, se retrouvent non seulement privés d’activités mais criblés de dettes et dans l’impossibilité d’honorer les échéances de remboursement.

En agissant ainsi, le pouvoir de Talon fait preuve, soit d’un cynisme sans nom et de mépris pour les pauvres, soit d’une méconnaissance crasse des réalités d’une société dont il a la charge. Les risques d’augmentation de la délinquance, des agressions et autres tensions sociales ou confessionnelles, s’en trouvent accrus. Au total, les méthodes de la gouvernance Talon se révèlent ici comme ailleurs être une calamité. Il ne reste plus au peuple béninois qu’à se lever pour conjurer cette calamité  et ouvrir la voie à une nouvelle gouvernance qui prenne en compte ses aspirations.

Cotonou le 17 février 2017


Honoré Kodjo LOKOSSA

Honoré Kodjo Lokossa est un cadre de banque à la retraite.

Ancien président de la Fédération des Étudiants d’Afrique Noire en France (FEANF),

Coordinateur principal du Comité du Front de Refus du Bénin Waxala dans la Diaspora et administrateur du forum whatsapp « Peuple Béninois Debout – PBD ».

copyright5

 

 

 

 

 

Publicités