Publié dans Résoc

Bénin-Politis /Écho des Réseaux Sociaux

politis

chronique des réseaux sociaux – 12 fevrier 2017

Un Nouvel Acteur sur la Scène Politique Béninoise

komlanDepuis la dernière campagne électorale présidentielle de 2016 au Bénin, un nouvel acteur est apparu sur la scène politique nationale du Bénin.

Je profite de la dernière déclaration de l’un de ses porte-parole pour vous faire découvrir cet acteur.

Déclaration faite sur le forum whatsapp du Front Souverain

Je vous remercie d’être là pour cette 1ere, pour laquelle le FRONT SOUVERAIN est honorée par l’administrateur principal du forum POLITIC HOUSE, Mon cher Dr. Jérémie BIAOU.

Le FRONT SOUVERAIN a été annoncé dans les médias, précisément le 23 mars 2016, si cette date vous rappelle quelque chose. Le FRONT SOUVERAIN est initié par 4 personnes comme vous et moi, dont moi-même; quatre personnes décidément indignées par la politique cacophonique menée par nos pays d’Afrique Noirs surtout, depuis les indépendances en 1960. Indignées également par le Folklore de la classe dirigeante, des élites, des partis politiques de nos aînés depuis 1960.

Les promoteurs du FRONT SOUVERAIN sont donc des indignés, comme beaucoup d’entre vous le sont.

Ils sont quatre. Pendant 3 ans, avant de proclamer sur les médias l’existence du FRONT SOUVERAIN, ils ont travaillé ensemble pour étudier et observer la vie politique, économique et sociale de notre Pays, de notre sous-région et plus globalement la situation objective géopolitique de l’Afrique.

C’est de ce travail en amont, de recherche, de réflexions et d’analyse, qu’ils ont pris plusieurs décisions dont les plus essentielles:

Il faut créer un parti politique pour accéder au pouvoir.

L’accession au pouvoir ne doit plus être pour son égo personnel, sa fortune, sa famille, son clan, sa région, etc. L’accession au pouvoir doit être un sacerdoce qui sera exercé par le plus capable d’entre nous, et désigné par l’histoire elle-même le jour “J”.

Ce sacerdoce doit être connu par tout le peuple et en amont de l’accession au pouvoir de sorte que le sacerdoce sera la feuille de route que le peuple donnera aux dirigeants du pays et y veillera jour après jour avec possibilité de destitution en cas d’écart à la ligne fixée du sacerdoce.

Ce sacerdoce, issu de toutes nos études et observations est synthétisé, à dessein, dans l’anagramme LMA:

notre LANGUE

notre MONNAIE

notre ARMÉE

En résumé sur les quatre points:

Il faut arriver au pouvoir afin d’appliquer notre VOLONTÉ POLITIQUE

Il faut en finir avec la politique de folklore et du biglotchemin. L’exercice du pouvoir doit être un sacerdoce car mettant en jeu la vie de toute une société.

Plus d’improvisation et de gestion à vue du pays. Nous devons adopter une Vision claire et définir, à chaque étape de la vie de notre Pays, le programme de développement correspondant.

Les peuples doivent connaître cette Vision et le programme avant la gestion du pouvoir. C’est pour cela que nous disons LMA:

———————————-

La LANGUE

Depuis l’époque coloniale à ce jour nous n’avons guère dépassé les 10% d’alphabétisės en langue française. Nous n’avons pas les moyens financiers d’apprendre à Parler-Lire-Écrire la langue française à 100% de notre population. Même sur les 10% seuls 5% sont plus ou moins bien instruits dans cette langue. Or, la question de la langue est une question éminemment Économique. Comment vouloir développer un pays avec 90% de personnes qui ne savent ni lire, ni écrire aucune langue. Même pas la langue qu’ils parlent au quotidien.

La question d’une LANGUE NATIONALE n’est pas une question d’égo ethnique, régional, confessionnal. C’est une question de développement national. Elle pose la question de la vulgarisation rapide de la connaissance, du savoir et du savoir-faire.

La masse critique d’individus formés et informés, nécessaire pour lancer le moteur économique base de tout développement, d’un développement authentique, qui doit s’écarter du copier/coller du modèle occidental avec ses insuffisances, mais imaginer un modèle propre que nous pouvons à notre tour partager avec le monde. Nous parlons ici d’émergence éclairée.

Concernant la question de la LANGUE, compte tenu des enjeux, nous devrons sortir du modèle « Arbitre » créé par les colons afin de nous diviser pour régner.

Sifflons la fin du match,

Jetons le ballon (la balle et le fusil).

Chassons l’Arbitre (le colon et sa langue) du milieu du terrain.

De part et d’autre, rencontrons-nous, donnons-nous la main. Embrassons-Nous pour un meilleur devenir pour nous et pour nos descendants. Ceci va au-delà de nos simples égos qui nourrissent l’ennemi de plus en plus gras.

————————————–

La MONNAIE

Il n’y a plus lieu de tergiverser sur les arguments qui justifient la nécessité de notre MONNAIE.

Il y a dix ans en arrière, nous les promoteurs du FRONT SOUVERAIN, avions du mal à convaincre sur ce sujet. L’actualité des mouvements panafricains de lutte contre le F CFA nous donne raison.

Mais la lutte du FRONT SOUVERAIN va bien au-delà de la simple lutte contre le FCFA. Le FRONT SOUVERAIN ne propose pas de simplement chasser le FCFA. Auquel cas on pourrait nous le remplacer par n’importe quoi d’autre dans n’importe quelle condition !

Le FRONT SOUVERAIN dit bien notre MONNAIE: Le BÉNIN, pays souverain, doit purement et simplement battre monnaie, avoir sa propre Banque Centrale avec ses propres cadres et experts pour piloter notre économie. C’est à dire, dans notre cadre macroéconomique, piloter la valeur que crée, chaque jour, chaque béninoise et béninois.

Pour le FRONT SOUVERAIN, la question de la MONNAIE est une question de souveraineté nationale. Elle ne se négocie pas. Nous avons un territoire, nous avons des hommes et des femmes qui y travaillent. La somme du fruit de leur travail est quantifiable plus tous nos patrimoines, quels qu’ils soient. Tout ceci constitue notre RICHESSE, définissable par la MONNAIE.

L’aberration dans laquelle la France du Général de Gaulle nous a mise depuis 1945 et cautionnée par nos élites dirigeantes depuis 1960, c’est que toute cette Richesse doit Transiter d’abord par le Trésor Public Français qui décide de la part à attribuer à notre Pays. Comme si cela ne suffisait pas, avec la complicité de nos élites dirigeantes, nous sommes arrimés (cédés) à l’Euro. Et comme la France sent la menace et les grognes de la jeunesse africaine sur ce sujet, elle a déjà élaboré son Plan de nous “Vendre” au FMI et la Banque Mondiale. Ce qui lui permet de toujours tirer profit de sa domination sur nous pour être une Grande Nation.

Pour le FRONT SOUVERAIN, la question de la MONNAIE n’est pas négociable. Nous devons battre MONNAIE.

————————————————-

L’ARMEE

Quand nous abordons la question de l’ARMÉE certains pensent que nous disqualifions nos forces armées actuelles. Loin de là. Nous avons de valeureux hommes d’armée qui ont fait leur preuve de bravoure et de sens patriotique le 16 janvier 1977 par exemple, lorsqu’une armée de mercenaires attaqua notre Pays au beau matin.

Dans notre Slogan LMA, le “A” de “ARMÉE” est notre Transition vers le Panafricanisme.

Le FRONT est SOUVERAIN au BÉNIN, PANAFRICANISTE au-delà.

Voici les deux thèses qui fondent son Panafricanisme.

Pour chacun de nos Pays, nous ne vivons pas sur une île déserte.

Nous périrons tous, isolés ou tous, nous vaincrons mais ensemble.

Nos pays ont été balkanisés à dessein, c’est pour nous affaiblir et nous dominer. Pour nous diviser et régner en Maître et Arbitre au milieu de nous.

Par quel mécanisme ou stratégie refonder, progressivement, notre Unité Continentale sans laquelle l’Afrique restera toujours à la traîne des autres Nations et Blocs géopolitiques?

——————————————————

Le FRONT SOUVERAIN propose:

  1. Créer des FS dans tout pays Africain.
  1. Chaque FS doit viser l’accession au pouvoir pour détenir la volonté politique
  1. Les FS doivent s’unir en FSU (FRONTS SOUVERAINS UNIS) prélude au EAU (États d’Afrique Unis) autour d’une plateforme unique minimaliste LMA

– notre LANGUE

– notre MONNAIE

– notre ARMÉE

pour créer les Conditions de la Convergence Continentale (les 3 C) la base pour monter une ARMÉE CONTINENTALE.

L’Afrique ne doit plus se fourvoyer dans des luttes en rang dispersés.

UN SEUL ENNEMI : notre passé douloureux

UN SEUL MOUVEMENT: le panafricanisme

UN SEUL COMBAT: le LMA

UNE SEULE VICTOIRE : la souveraineté

Adolphe CODO

PORTE-PAROLE du FRONT SOUVERAIN


Komlan Rigobert MISSINHOUN

tonanbe@gmail.com

blog1