Publié dans Haro

L’Insoutenable Contradiction des Migrants Africains de la Méditerranée

blog1

Voilà des gens qui prennent le risque du naufrage en s’engouffrant par centaines dans des embarcations de fortune en direction des côtes européennes ; des gens qui, le cas échéant suscitent la pitié pour ce qui est perçu comme leur pauvreté, la misère supposée de l’Afrique qui les pousse à se lancer vers les côtes d’une Europe considérée comme la terre d’abondance et de rêves sans fin. L’Europe où ils pourront convoler avec la civilisation de la liberté et du consumérisme, posséder voitures, téléphones et beaucoup d’argent, s’insérer dignement dans le village global, d’où ils pourront, via Western Union ou Moneygram, inonder leurs relations restées au pays du trop plein de leur fortune acquise en un rien de temps.

Mais où est la misère chez ces hommes et ces femmes dont la plupart paient leur traversée à pas moins de 3000 euros ? Quand on sait que 3000 euros, soit 2 millions de F cfa, ça peut changer la vie en Afrique, permettre de lancer des projets viables et durables, on se dit  que quelque chose ne va pas dans ces histoires de naufrages d’Africains et le regard médiatique dont ils font l’objet. L’Occident, notamment l’Europe qui suce l’Afrique sans discontinuer depuis cinq siècles n’a-t-il pas intérêt  dans ce regard trompeur ? Pendant que ces naufrages d’Africains sur ses côtes apparaissent comme un éloge funeste à sa réussite enviée, l’Occident cache dans la perception misérabiliste de la condition des naufragés africains le crime inhumain de sa main basse pluriséculaire sur l’Afrique.

Aminou Balogun

copyright5_thumb.png

Publicités