Publié dans Pépito

Pépito : le Matelas de Talon

Au Bénin, tributaires de la politique de mise sous contrat pratiquée sous Yayi Boni, très peu de Journaux en ligne entretiennent la possibilité pour leurs lecteurs d’interagir par des commentaires. Et l’habitude n’en est pas très développée. Nouvelle Tribune probablement fait partie des rares Journaux béninois en ligne qui tiennent un forum de lecteurs. Encore que visiblement ses acteurs, toujours les mêmes, intervenant dans une ambiance incestueuse, sont constitués d’équipes en mission de communication politique, ce qui fausse le jeu d’un débat ouvert, libre, spontané traduisant l’idée d’un souverain bien.

Malgré tous ces manques et travers, régulièrement,  dans la rubrique Pépito, nous publierons des commentaires lus dans les journaux béninois en ligne et choisis pour leur pertinence.

Le commentaire choisi ici, réagit à un article de Nouvelle Tribune qui se plaint sentencieusement de l’absence du Président Talon et de son style de communication jugé par trop occulte. S’inscrivant en faux contre ce point de vue, le commentateur à notre avis met le doigt sur les travers de la presse béninoise. Dans les pays qui sont maintenant développés, quand ils ne l’étaient pas tout à fait et pour qu’ils le deviennent, la presse a joué un rôle moteur : d’éducation, d’information, de critique, d’investigation, d’éclairage, de prospection, etc…. Ce rôle a été capital dans la mutation socioculturelle et intellectuelle de ces nations. Les plus anciennes sont : la France, la Grande Bretagne, l’Italie, l’Allemagne, les Etats-Unis etc.  et les plus nouveaux sont :  le Japon, la Chine, l’inde, la Corée, etc…

Chez nous la presse a un gros problème financier. Ce n’est d’ailleurs pas le lieu de dire comment elle vivote. Mais elle manque d’imagination, et sa fonction de par sa production ne s’inscrit en rien dans le processus de développement de notre société. Il s’agit tout simplement d’un moyen pour quelques acteurs qui se disent journalistes de pouvoir manger. Et leur posture, les acrobaties auxquelles ils se livrent chaque jour que Dieu a créé restent dans cette optique purement alimentaire.

C’est ce que stigmatise avec pertinence le commentateur ici, et qui mérite qu’on s’y attarde. Il est déjà heureux que le commentaire ait survécu en ligne car selon les méthodes ayatolesques de ce journal ou à tout le moins de son webmaster, les commentaires pertinents dans leurs critiques visant ses choix éditoriaux y font souvent long feu. Il est vrai qu’en l’occurrence, aussi critique que soit le commentaire, il a pris le soin de rester général et ne vise pas ce journal en particulier.

Enfin, on pourrait ajouter à la liste de Prévert des suggestions formulées par le commentaire, des sujets sur l’histoire de nos régions, des personnages historiques, sur la géographie, le tourisme, la culture vivante. Pourquoi les Journaux ne peuvent pas créer une espèce de « club de la presse pour tous » où en ce temps de nouveaux médias, internet, smartphone etc, toute personne de quelque coin où il se trouve puisse raconter une histoire, apporter un éclaircissement, sa part d’enrichissement culturel ou historique ?

Bref, trêve de suggestions, lisez plutôt ce commentaire pépito.


 « Rienquelavérité Il y a 1 heure

Je vous vois bien nostalgiques des moments où les faits et gestes du Président étaient sur tous les media à longueur de journée. La presse s’ennuie, surtout l’ORTB, car par ici les journalistes n’ont appris à alimenter leurs parutions que de l’actualité politicienne et présidentielle. C’est contre tout cela que les Béninois ont voté le 20 mars 2016. Les Béninois savaient très bien que Talon est un homme discret, mystérieux à la limite, qui sait rester dans l’ombre pour agir efficacement et que n’eussent été les frasques de Yayi Boni le lion ne serait jamais sorti de sa tanière. Avant Yayi Boni, Talon était déjà un pion important sur la scène politique nationale, mais peu de Béninois pouvaient mettre un visage sur son nom. C’est vous les journalistes qui êtes en manque et non le peuple. On s’en fout que Talon soit à New York ou à Marrakech, l’essentiel est qu’il réalise son projet de société et résolve nos problèmes. Au lieu de rester là à flairer les traces de Talon pas après pas, allez apprendre à faire du vrai journalisme, de l’investigation, des documentaires, des recherches sur des thématiques importants. Savez vous que le taux de travail des enfants au Bénin est passé de 34% à 52%? Savez vous que le taux de pauvreté monétaire a grimpé de plus de 9 pourcent au Bénin entre 2011 et 2016? Que signifient les ODD pour le Bénin et comment le Bénin peut-il traduire les ODD en réalité? Quels sont ses atouts et ses faiblesses? Savez vous la situation de l’éducation à Karimama? Connaissez vous le circuit des enfants Talibè à Malanville? La décentralisation, quel point et quelle nouvelle orientation avec le nouveau départ? Quelle est la situation de l’énergie dans la sous-région et au Bénin? Quelles sont les solutions innovantes adoptées par les pays qui ont définitivement réglé ce problème? Etat du système de santé au Bénin. Le coton et les autres filières agricoles au Bénin: quel point et quelle orientation pour l’avenir? Le sport au Bénin: quelle stratégie pour détecter les jeunes talents? etc. etc. Ce sont autant de thématiques et bien d’autres encore sur lesquelles nos chers journalistes peuvent travailler et nous enrichir d’informations utiles et constructives au lieu de chercher à savoir sur quel matelas Talon a passé telle nuit ou non. Nous avons au Bénin une presse de reportage et de versions: Jean a dit, Cosme a dit. c’est tout. Chacun donne sa version et la presse relaie. Pas d’investigation pour trianguler les info et détecter où se trouve la vérité. Et c’est pourquoi nos journalistes n’ont d’autre horizon que de finir CCOM ou AP dans les ministères. Nous avons passé 10 ans à ne voir et à n’entendre que Yayi sur les media, n’induisez pas Talon dans la même erreur. On a eu assez de téle-réalité avec Yayi. Laissez Talon travailler, le peuple lui a donné sa confiance et on l’attend à l’heure du bilan pour apprécier. »


Aminou Balogun

copyright5_thumb.png

Publicités