L’Image du Nigéria au-delà du Fayawo et du Kpayo

nigeria-branding Le Nigéria est un pays frère et voisin du Bénin. Nous appartenons au même cordon sous-régional de la coprospérité. Mais dans les faits les deux sociétés ne sont pas aussi ouvertes les unes sur les autres qu’il l’aurait fallu. Ils s’ignorent sans états d’âme et ce pour des raisons linguistiques. C’est cette espèce d’hémiplégie


linguistique qui frappe l’Afrique noire et la fait se regrouper globalement entre pays francophones d’une part et pays anglophobes d’autre part. Ainsi les Nigérians savent plus facilement et dans les détails ce qu’il se passe au Kenya qu’ils ne le savent  du Bénin.  De même les Béninois sont plus informés du Congo, qu’ils ne le sont du Ghana ou du Nigeria en raison de cette absurde fermeture de la langue, qui nous aliène. Jadis, du temps où la technologie n’était pas très avancée, on trouve une traduction de cette absurdité dans le circuit de la communication téléphonique. Un Béninois qui de Cotonou téléphonait à Lagos  voyait son appel transiter par Paris, et Paris qui le renvoie à Londres et Londres qui le renvoie enfin sur Lagos ! Bien sûr grâce au progrès les choses ont évolué  mais l’hémiplégie linguistique qui sépare l’Afrique d’elle-même est toujours là. Dans le cas du Bénin et du Nigeria ses effets sont encore plus absurdes. En effet, le Bénin n’est pas seulement un pays voisin du Nigeria, mais c’est un pays dont l’économie dépend de celle du Nigeria. Or souvent, au niveau culturel, social, informationnel, etc. nous nous ignorons royalement les uns les autres. Dans cette affaire c’est sans doute le Bénin qui perd plus que le Nigeria, car l’économie du Bénin dépend plus de celle du Nigeria que l’inverse.

Un exemple de cette ignorance cordiale est donnée par la campagne qui se mène au Nigeria actuellement et qui est intitulée “Re-branding Nigeria”. Ce qu’on traduirait par “Renouveler l’image de marque du Nigeria”. Cette campagne se fait à l’échelle nationale et internationale, mais les medias béninois n’en ont cure. Or l'image du Nigeria, le Bénin et les Béninois en dépendent. Si elle s’améliore ce sera aussi dans l’intérêt direct du Bénin. Le slogan de la campagne est  :”Nigeria GOOD PEOPLE GREAT COUNTRY”. Ce qui peut se traduire par : “Nigeria, un Bon Peuple, une Grande Nation”.

Selon la Professeur Dora Akunyili, Ministre de la Communication et de l’Information qui a lancé la campagne au mois d’Avril dernier, l’opération vise à changer l’image négative que les Nigérians ont d’eux-mêmes, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Il s’agit de réorienter les Nigérians, en changeant leurs attitudes négatives, et les amener à croire en eux-mêmes,  leur inculquer l'esprit de patriotisme, en mettant en avant les bons aspects aux yeux de la communauté internationale.

image Selon la Ministre,  la finalité de cette campagne serait un retour aux valeurs culturelles des Nigérians en tant que peuple, ainsi que "la manière dont les Nigérians perçoivent leur nation”  Cette opération n’est pas nouvelle.  Elle est en vérité le second volet d’une campagne qui avait déjà commencé sous  le président Olusegun Obasanjo, et dont l’image et le slogan ci-dessus plaçaient le Nigeria au cœur de l’Afrique ( Nigeria, the heart of Africa) Mais la campagne n’a pas connu un succès phénoménal, du moins dans ses conséquences sur l’image du pays ; par exemple elle n’a pas incité Barack Obama, dans son premier voyage en Afrique, à rendre visite au Nigeria, qui est pourtant la nation la plus peuplée du continent.

De même la campagne actuelle laisse plus d’un sceptique. Selon les Nigérians,  le changement de l’image de marque du Nigeria ne doit pas seulement être un slogan, mais un effort soutenu pour rallier les Nigérians à une cause en laquelle ils peuvent croire.  Et cela doit commencer par le sommet. Les leaders ne doivent pas seulement parler de patriotisme, mais ils doivent l’illustrer, en donner l’exemple eux-mêmes. Les Nigérians doivent être amenés à avoir foi dans la capacité et la volonté de leur dirigeants à bien agir.

C’est dire que les Nigérians sont sceptiques sinon sur le fond du moins sur la méthode.  Et leur sens développé de la dérision n’épargne pas la campagne. A ce sujet, une nouvelle blague a cours au Nigeria en ce moment. “Vous avez un problème avec votre voiture ou bien votre générateur a-t-il cessé de fonctionner? Eh bien, ne le réparez pas !  Changez son image de marque !”  Humour noir, mais qui résume à merveille la situation. D’autres Nigérians plus soupçonneux se demandent si le but réel de cette campagne n’est pas de siphonner des millions de naira des caisses de l’état au nom d’une campagne qui passera sur le Nigeria et le monde comme de l’eau sur le dos du canard.

Si le scepticisme et le soupçon l'emportent chez les Nigerians à propos de cette campagne, on aimerait bien savoir, au-delà du fayawo et du kpayo, quel effet cela fait aux Béninois d'être voisin d'un "bon peuple et d'une grande nation"

Blessing Adebayo

clip_image001

Copyright, Blaise APLOGAN, 2008,© Bienvenu sur Babilown