La variole du singe : qu’est-ce que c’est, comment elle se propage, qui est à risque et comment se protéger

Grâce à l’Organisation mondiale de la santé, cet article répond à toutes les questions que vous pouvez vous poser sur la variole du singe.

Dernièrement, on a beaucoup parlé d’une maladie qui n’est pas nouvelle et dont on avait peu entendu parler, mais qui est désormais responsable d’une épidémie apparue dans plusieurs régions du monde. Il s’agit de la variole du singe.

Le 23 juillet, le Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a classé l’épidémie de variole du singe en « urgence de santé publique de portée internationale ».

À ce jour cette épidémie a touché près de 17.000 personnes dans soixante-quatorze pays.

Bien que l’OMS estime que le risque de variole du singe est modéré à l’échelle mondiale et dans toutes les régions, à l’exception de la région européenne où l’agence estime le risque élevé, il est utile de savoir à quoi elle ressemble afin de pouvoir y faire face.

Voici les réponses qu’apporte l’OMS à toutes vos questions sur la maladie et ce que vous pouvez faire pour vous protéger.

Qu’est-ce que la variole du singe ?

La variole du singe est une maladie virale.

Elle se transmet à l’homme par contact avec une personne, un animal ou un objet porteur du virus. Elle peut être contractée par contact direct avec le sang, les fluides corporels ou les lésions cutanées d’un animal infecté.

La maladie est ainsi nommée parce qu’elle a été détectée chez plusieurs singes dans un laboratoire en 1958. Cependant, la plupart des animaux susceptibles de contracter la maladie et de la transmettre ensuite à l’homme sont des rongeurs, tels que les rats géants de Gambie, les loirs ou les chiens de prairie.

Où la trouve-t-on généralement ?

La variole du singe est communément observée dans les forêts tropicales d’Afrique centrale et occidentale, où vivent et sont endémiques les animaux susceptibles de porter le virus.

La variole du singe dorénavant ne se limite pas aux pays d’Afrique occidentale et centrale mais touche aussi le reste du monde, notamment des pays d’Europe occidentale comme l’Allemagne, la France ou le Royaume-Uni.

L’Europe représente 80% des cas recensés dans le monde. Jusqu’à présent aucun décès n’a été signalé dans ces pays.

Le nombre de cas reste assez faible mais certains cas n’ont aucun lien direct avec des pays où la variole du singe était présente. L’étendue de la transmission communautaire n’est pas claire à ce stade.

La variole du singe provoque des lésions cutanées, de la fièvre et des douleurs corporelles chez les personnes touchées par le virus.

@CDC

Les lésions de la variole du singe apparaissent souvent sur la paume des mains.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes comprennent généralement de la fièvre, de maux de tête violents, des douleurs musculaires, des douleurs dorsales, une baisse d’énergie, un gonflement des ganglions lymphatiques et des éruptions ou des lésions cutanées.

L’éruption cutanée apparaît généralement le premier ou le troisième jour après l’apparition de la fièvre.

Les lésions peuvent être plates ou légèrement surélevées, remplies d’un liquide clair ou jaunâtre, puis former une croûte, sécher et tomber. Le nombre de lésions sur un individu varie, allant de quelques-unes à plusieurs milliers.

L’éruption a tendance à se produire sur le visage, la paume des mains et la plante des pieds. On peut également en trouver dans la bouche, les organes génitaux et les yeux.

Les symptômes durent généralement deux à quatre semaines et disparaissent d’eux-mêmes sans traitement. Si vous pensez que vos symptômes peuvent être liés à la variole du singe, contactez immédiatement votre médecin. Si vous avez eu un contact étroit avec une personne présentant ces symptômes ou si vous pensez être infecté, parlez-en à votre médecin.

Peut-on mourir de la variole du singe ?

Dans la plupart des cas, les symptômes de la variole du singe disparaissent d’eux-mêmes en quelques semaines, mais chez certaines personnes, elle peut entraîner des complications médicales, voire la mort.

Les nouveau-nés, les enfants et les personnes souffrant de déficiences immunitaires risquent de présenter des symptômes plus graves et de mourir de la maladie.

Les complications dans les cas graves comprennent les infections cutanées, la pneumonie, la confusion et les infections oculaires qui peuvent entraîner une perte de vision.

Entre 3 et 6% des cas identifiés où la variole du singe est endémique ont entraîné la mort.

Dans de nombreux cas, il s’agit d’enfants ou de personnes qui peuvent avoir d’autres problèmes de santé. Il convient de noter que ces chiffres peuvent être surestimés car le nombre de cas dans les pays endémiques est limité.

La variole du singe provoque des lésions cutanées, de la fièvre et des douleurs corporelles chez les personnes touchées par le virus.

Comment la variole du singe se transmet-elle de l’animal à l’homme ?

La variole du singe peut se transmettre à l’homme lorsqu’il entre en contact physique avec un animal infecté, qu’ils soient des rongeurs ou des primates.

Le risque de contracter la maladie à partir d’animaux peut être réduit en évitant tout contact non protégé avec des animaux sauvages, en particulier ceux qui sont malades ou morts (y compris le contact avec leur chair et leur sang). Il est essentiel de souligner que tout aliment contenant de la viande ou des parties d’animaux doit être cuit, en particulier dans les pays où la variole du singe est endémique.

Comment se transmet-elle de personne à personne ?

Les personnes atteintes de la maladie sont contagieuses tant qu’elles présentent des symptômes (généralement dans les deux à quatre premières semaines). Vous pouvez attraper la maladie par contact physique avec une personne qui présente des symptômes.

Les éruptions cutanées, les fluides corporels (tels que le liquide, le pus ou le sang provenant de lésions cutanées) et les croûtes sont particulièrement infectieux.

Le contact avec des objets ayant été en contact avec la personne infectée, comme les vêtements, la literie, les serviettes ou des objets tels que les ustensiles de cuisine, peut également être une source d’infection.

Les ulcères, les lésions ou les plaies peuvent également être infectieux car le virus peut être transmis par la salive.

Le risque d’infection est donc élevé si nous vivons avec des personnes infectées dans nos foyers ou avec des partenaires sexuels. Les personnes travaillant dans le secteur de la santé sont également plus exposées.

Le virus peut également être transmis d’une femme enceinte à son enfant in utéro par le placenta, ou par le contact entre un parent et un enfant infecté pendant ou après la naissance, par contact cutané.

Cependant, on ne sait pas si les personnes asymptomatiques peuvent transmettre la maladie.Des lésions causées par la variole du singe apparaissant sur les paumes des mains.

© CDC

Des lésions causées par la variole du singe apparaissant sur les paumes des mains.

Qui est à risque ?

Toute personne qui entre en contact physique avec une personne présentant des symptômes ou avec un animal infecté est exposée à un risque accru d’infection.

Les personnes qui ont été vaccinées contre la variole sont susceptibles de bénéficier d’une certaine protection contre l’infection. En 1980, la variole est devenue la première maladie humaine à être éradiquée, si bien que la vaccination contre la variole a été arrêtée.

Les personnes plus jeunes sont donc plus susceptibles de contracter la variole. Toutefois, les personnes qui ont été vaccinées contre la variole doivent également prendre des précautions pour se protéger et protéger les autres.

Les nouveau-nés, les enfants et les personnes souffrant d’immunodéficiences sous-jacentes peuvent présenter des symptômes plus graves, voire mortels. Les travailleurs de la santé sont également exposés à un risque élevé d’infection en raison d’une exposition prolongée au virus.

Des vaccins plus récents ont été mis au point, dont un a été approuvé pour la prévention de la variole du singe.

Les enfants peuvent-ils contracter la variole du singe ?

Les enfants peuvent contracter la variole du singe et sont souvent plus susceptibles de présenter des symptômes graves que les adolescents et les adultes. Le virus peut également être transmis d’une femme à son enfant in utero ou à un nouveau-né pendant la naissance ou par contact physique.

© UNICEF/Piero Pomponi

Un garçon de cinq ans souffrant de la variole du singe se repose dans un centre de santé d’un camp de déplacés du Nord-Kivu, en République démocratique du Congo. ( archive)

Comment puis-je me protéger et protéger les autres ?

Vous pouvez réduire le risque d’infection en limitant les contacts avec les personnes présentant des cas suspects ou confirmés.

Si vous devez avoir un contact physique avec une personne atteinte de la maladie parce qu’elle fait partie du personnel de santé ou qu’elle vit avec vous, encouragez la personne infectée à s’isoler et à couvrir ses lésions cutanées si elle le peut (par exemple, en portant des vêtements sur l’éruption). Il faut porter un masque médical lorsqu’on est physiquement proche d’eux, surtout s’ils toussent ou ont des lésions dans la bouche. Évitez le contact peau à peau et si vous avez un contact direct, portez des gants jetables. Portez un masque si vous devez toucher les vêtements ou la literie d’une personne infectée.

Lavez-vous fréquemment les mains avec de l’eau et du savon ou utilisez un désinfectant pour les mains à base d’alcool, surtout après avoir été en contact avec la personne infectée, ses vêtements (y compris les draps et les serviettes) ou d’autres articles ou surfaces que vous avez touchés ou qui peuvent être entrés en contact avec votre éruption cutanée ou vos sécrétions respiratoires (par exemple, des ustensiles ou de la vaisselle).

Lavez les vêtements, les serviettes, le linge de lit et les ustensiles de cuisine de la personne infectée à l’eau chaude et au détergent. Nettoyez et désinfectez toutes les surfaces contaminées et éliminez correctement les déchets contaminés (tels que les pansements).

Que dois-je faire si je pense avoir été infecté ?

Contactez immédiatement votre médecin pour obtenir des conseils, des tests et des soins médicaux si vous pensez avoir des symptômes ou si vous avez été en contact avec une personne infectée.

Si possible, isolez-vous et évitez tout contact étroit avec les autres.

Lavez-vous les mains fréquemment et suivez les étapes énumérées ci-dessus pour protéger les autres contre l’infection. Votre agent de santé prélèvera un échantillon pour le tester afin que vous puissiez recevoir les soins appropriés.

Un agent antiviral conçu pour le traitement de la variole a été homologué pour le traitement de la variole du singe.

ibinimori

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s