Une étude confirme enfin le lien entre troubles menstruels et vaccination contre la Covid-19


Longtemps objets de doutes, les troubles menstruels postérieurs à l’injection ont été récemment objectivés par une étude américaine de grande ampleur. Les autorités de santé encouragent les personnes concernées à se manifester.

Depuis le début de la campagne de vaccination contre la Covid-19, un nombre conséquent de personnes ont rapporté des troubles dans leurs cycles : règles abondantes, menstruation plus longue, cycle totalement bouleversé… Si les témoignages ont rapidement afflué, chez les proches comme dans les médias, ils ont dans un premier temps suscité la circonspection ou le doute, y compris chez les médecins traitants et les gynécologues, vers lesquels se tournaient les femmes concernées. Cette absence de reconnaissance a conduit à la création de collectifs comme « Où est mon cycle? », rassemblant les témoignages, et interpellant les pouvoirs publics.

Jusqu’au 15 juillet dernier, un lien causal entre les vaccins anti-Covid et ces troubles n’était pas encore admis, malgré l’identification d’un « signal » par les autorités françaises en charge de la pharmacovigilance. En effet, l’ANSM (Agence française du médicament), en décembre 2021, ne parlait que d’une « éventuelle corrélation », les troubles du cycle menstruel étant notoirement multifactoriels.

Lire aussiCovid-19 : des vaccins sous surveillance

Aujourd’hui, grâce à une étude statistique américaine d’ampleur menée auprès de 40 000 personnes (sur la base de leurs déclarations), dont les résultats ont été publiés dans Science Advances, il n’existe plus guère de doute : 42 % des participantes ayant généralement des cycles menstruels réguliers déclarent des saignements plus abondants après la vaccination contre la Covid-19. En outre, 71 % des personnes sous contraceptifs réversibles à action prolongée (pilules), 39 % des personnes sous hormones d’affirmation du genre et 66 % des femmes ménopausées ont également signalé des saignements anormaux.

À la suite de cette étude, l’ANSM a appelé ce 19 juillet les personnes concernées par des troubles menstruels apparus après la vaccination contre la Covid-19 à les rapporter sur le portail du ministère chargé de la SantéOn peut déplorer que ces effets indésirables aient été la mis en lumière par une initiative non étatiques plutôt que par les dispositifs publics de pharmaco-épidémiologie mis en place et dont on vante tant l’efficacité.

Références :

Investigating trends in those who experience menstrual bleeding changes after SARS-CoV-2 vaccination, juillet 2022

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

SUR LE MÊME SUJET

ibinimori

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s