Macron: Borne, en même temps Abad

L’Affaire Abad, du nom de ce dirigeant LR nommé Ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées au gouvernement Borne, et qui est accusé d’agression sexuelle entre 2010 et 2011 par deux femmes — affaire révélée par le journal Médiapart et qui défraie depuis la chronique, eh bien cette sale affaire contre laquelle Macron oppose sa morgue habituelle d’enfant politique gâté est une illustration de l’amoralité insane de sa fameuse posture du « en même temps. »

D’un côté, on montre urbi et orbi qu’on est pour l’égalité et le respect des femmes en nommant une femme première ministre — à moins que ce soit la seule obsession de battre ce faisant un record, d’innover — et de l’autre côté on nomme ou on confirme en toute connaissance de cause des hommes – hier Darmanin, aujourd’hui Abad — accusés de viol ou d’agression sexuelle sur des femmes.

Le propre de la logique du « en même temps » est d’être déroutante. Même s’il est vrai que le cran de Macron réside dans une autre logique, celle de l’enfant gâté. La classe oligarchique qui détient le pouvoir en France depuis plusieurs décennies étant au bout du rouleau après maintes alternances entre la droite et la gauche a trouvé en la personne de Macron le Joker qui met fin à cette dialectique stérile et illusoire. Sachant que la modernité médiatico-numérique a lobotomisé les cerveaux des citoyens 2.0 dans un conformisme individualiste expurgée de toute dimension altruiste et que leurs comportement politiques sont dictés et naturalisés par les média-audiovisuels dont ils sont drogués jour et nuit, l’astuce politique de la classe oligarchique qui soutient Macron consiste à amasser 99% des médias audio-visuels derrière le soutien inconditionnels et complaisant à sa personne.

Désormais, le coup d’État politique en France et dans les pays occidentaux qui se proclament démocratiques commence par le coup d’État médiatique. Il ne s’agit plus seulement d’avoir quelques médias à sa solde, mais d’avoir le totalité des média objectivement à vos pieds. Celui qui a les médias et tous les médias a tout le pouvoir. Il peut donc, comme Macron, faire quelque chose et son contraire sans se soucier du qu’en dira-t-on, parce qu’en France, dans l’état actuel des choses, 99% des médias audio-visuels n’en diront rien. Et si 1% des médias marginaux veulent trop en dire, la censure est là pour les rappeler à l’ordre sinon les en empêcher !

Ahandeci Berlioz

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s