L’Histoire d’Igunnuko en Terre Yoruba

Igunnu Loni Tapa ! Tapa Loni Igunnu !

Le culte Igunnuko est un culte Tapa de Pategi dans l’État du Niger au Nigeria. Il a été ramené à Lagos par Yaisa Ayani, l’arrière-grand-père d’Aleje en 1805.

Les gens de Yaisa Ayani ont vu ce que les autres tribus faisaient avec leurs propres cultes lors d’un festival et cela les a motivés à faire pression sur leur homme pour qu’il aille apporter leur propre culte qui est utilisé non seulement pour les performances du festival, mais aussi pour apaiser les dieux.

Une performance rituelle est effectuée lorsqu’ils sentent qu’une épidémie de maladie ou de guerre approche.

En 1814, Yaisa Ayani se rendit dans sa ville natale de Pategi, dans l’État du Niger, et amena le culte d’Igunnuko à Lagos. Il s’installe d’abord à Odo-Oba (Oju-Oto), sa résidence. Il a acheté des ingrédients avec lesquels certains rituels ont été effectués, c’est après ces rituels que ça a commencé à sortir.

Plus tard, lorsque cet endroit ne pouvait plus les accueillir, Yaisa Ayani est allé voir le chef I Oshodi Tapa, un homme Nupe et un important chef de guerre à Lagos, pour lui demander de lui donner un endroit à utiliser comme (IBASOSHI) Igbo-Igunnu qui Le chef Oshodi Tapa lui a joyeusement donné et qui est connu sous le nom de « IGBO-IGUNNU EPETEDO » jusqu’à aujourd’hui.

C’est à partir de cet endroit que le culte d’Igunnuko s’est répandu dans tout l’État de Lagos et sur les terres Yoruba. Cet endroit est également connu comme l’origine d’Igunnuko dans l’État de Lagos.

Le chef Abiodun Thomas, l’Idaso d’Igunnuko (chef du culte d’Igunnuko) dans la zone de gouvernement local d’Eti-Osa à Lagos, dit que le festival a lieu entre janvier et février de chaque année et qu’il dure quatorze jours.

Lorsqu’il est temps pour le festival ou qu’une occasion appelle sa performance rituelle, une performance rituelle est d’abord effectuée pour le tambour à pot avant que quiconque ne le batte.

Pour effectuer la fête ou la cérémonie rituelle, il faut : – une chèvre indigène, un canard, un pigeon, un escargot, une poule, un coq, une tortue noire, un coton, une calebasse, une noix de kola, une noix de kola amère, du vin natoive, une boisson chaude, trois mètres de tissu blanc et quelques autres objets utiles.

Le festival commence quand tout cela est prêt. Les hommes jeunes et vieux (seuls) iront déraciner un arbre vivant. C’est ce qu’on appelle Kuso et quand ils reviennent de Kuso, tout endroit où les arbres sont traînés ou passés signifie beaucoup.

Lorsque le festival est allumé, les mascarades d’Igunnuko sont vues. L’Igunnuko s’habille de robes sur pilotis, c’est une silhouette très grande et c’est aussi un culte secret utilisé pour chasser les sorcières. Il défile dans les rues et rend visite à des personnalités importantes de la communauté.

En apercevant un Igunnuko, il faut enlever son chapeau et ses chaussures. La forme haute et gracieuse des mascarades, leur capacité à se télescoper à n’importe quelle hauteur et leur autre étonnante démonstration d’agilité malgré leur taille, font de ces mascarades et de leur performance un spectacle fascinant.

Un compagnon de l’Igunnuko est le Salumogi, une mascarade très courte qui tient un fouet et ouvre la voie à l’Igunnuko

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s