Tour d’Europe des restrictions anti-covid : la France en queue de Peloton

Il se passe en ce moment quelque chose d’étonnant en Europe.

Pour la première fois depuis le début de la crise sanitaire que nous traversons, les mesures varient drastiquement d’un pays à l’autre.

Selon l’endroit où vous habitez, la pression mise par les autorités sur les populations n’est pas la même.

Les Scandinaves ont suivi des chemins différents

S’il faut chercher un trait commun entre les pays du nord de l’Europe, c’est peut-être dans la recherche permanente de dialogue entre les citoyens, leurs représentants et les autorités.

Ces pays demeurent des démocraties vivantes.

Néanmoins, la situation a été très différente d’un pays à l’autre.

La Suède n’a jamais confiné, n’a pas rendu obligatoire la vaccination anti-covid et n’a pas plus de cas ou de morts qu’ailleurs : environ 15 000 au total sur une population de 9 millions d’habitants. (soit un ratio de 0,0016) (1)

À titre de comparaison, la France a connu environ 130 000 décès pour 65 millions d’habitants. (soit un ratio de 0,002). (2)

En revanche, diverses restrictions sur la vie sociale ont tout de même été adoptées (restaurants, bars). Elles devraient être levées dans les semaines qui viennent.

Le Danemark a connu des périodes de restrictions fortes y compris et il a parfois fallu des manifestations bruyantes pour que les citoyens soient entendus. Toutefois, le pays n’est pas resté dans l’état d’urgence permanent. (3)

Il est entré en état d’urgence puis en est sorti au gré des débats parlementaires.

Récemment, en dépit de l’augmentation des cas et des hospitalisations, le gouvernement danois a décidé de sortir de la plupart des restrictions imposées sur son territoire.

Seules restent quelques obligations pour les étrangers qui viennent séjourner au Danemark, notamment celle de se faire tester.

En Finlande, le gouvernement a mis en place un calendrier d’allègement des restrictions à partir du 1er février 2022. (4)

Mais ces dernières étaient nombreuses : port du masque obligatoire, télétravail obligatoire, horaires d’ouverture des restaurants limités, visites aux patients réduites, vaccination anti-covid obligatoire pour les soignants, etc. (5,6,7)

Enfin, la Norvège qui a connu un confinement, le premier de son histoire en temps de paix, est désormais sur la voie d’une sortie de crise. Les autorités ont relâché la pression sur les habitants, même si le taux d’infection reste élevé. (8)

À l’Ouest, un peu de changement

L’Irlande, comme le Danemark, a supprimé les restrictions liées au covid. Il vous est tout de même demandé un test négatif à l’entrée dans le pays. (9)

De même, le Royaume-Uni a fait le choix de vivre avec le virus. La plupart des restrictions dans ce pays n’ont plus cours. Il ne vous est plus demandé de garder votre masque à l’intérieur, ni de présenter un pass sanitaire. (10)

Le premier ministre, Boris Johnson a affirmé devant les députés britanniques :

« Alors que le Covid devient endémique, nous devons remplacer les obligations légales par des conseils et recommandations. »

Le coronavirus est désormais considéré comme une réalité sanitaire du pays au même titre que d’autres virus comme celui de la grippe.

Ecossais, Anglais, Gallois et Irlandais du Nord sont donc invités à reprendre une vie “normale”.

De l’autre côté de la Manche, les Pays-Bas ont choisi, eux aussi, de sortir des restrictions. (10)

Un monde germanique inquiet

Les dernières vagues de coronavirus ont touché l’Autriche et l’Allemagne plus durement que les premières.

Dans ces pays, les autorités sont sur la défensive.

L’Autriche a opté pour une obligation vaccinale sous peine d’amende. (11)

L’Allemagne maintient ses restrictions.

Toutefois, 100 000 médecins allemands conventionnés ont fait savoir à leur gouvernement qu’ils s’opposaient à une obligation vaccinale.

Le patron des médecins de l’Assurance Maladie, Andréas Gassen a affirmé :

« Nous ne demanderons pas à nos médecins d’exécuter une obligation de vaccination contre la volonté des patients ».

Il a ajouté :

« qu’un cabinet médical vivait de la confiance entre le médecin et le patient. Les cabinets médicaux ne sont « pas un lieu pour imposer des mesures étatiques… Si la vaccination obligatoire devait voir le jour et que les médecins de l’assurance maladie maintenaient leur boycott, les personnes non vaccinées devraient recevoir leur injection soit auprès des quelque 2500 médecins du service public de santé, soit dans les centres de vaccination. »

C’est donc un boycott de l’obligation vaccinale ! (12)

Et les autres ?

Ailleurs, les pays hésitent. Certains pays comme la Pologne, la Belgique, la Suisse ou le Portugal maintiennent leurs restrictions. (12,13)

L’Espagne prépare sa sortie de crise et veut traiter le SARS Cov 2 comme une grippe même s’il existe encore des disparités d’une région à l’autre. (13)

En Italie, la tendance est plutôt à l’assouplissement des mesures. (13)

Chaque jour les mesures évoluent, si bien qu’entre le moment où j’ai écris cette lettre et celui où vous l’avez reçu, certaines choses ont pu changer !

Toutefois, la tendance globale va plutôt dans le sens d’un retour aux libertés sauf en France où le pass vaccinal vient d’être adopté et où parler de sortie de crise sanitaire alors que les élections présidentielles arrivent, semble être un pari trop risqué pour le gouvernement en place.

Les Français, s’ils doivent souffler, attendront les grandes vacances…

ibinimori

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s