Africains, Réveillez-vous Maintenant ou Dormez à Jamais !

« C’est incroyable de voir comment vous êtes tous assis là et vous nous regardez mourir », a déclaré l’homme à côté de moi. « Lève-toi et fais quelque chose à ce sujet. »
Musclé, complètement chauve, avec des yeux intenses et d’acier, il était aussi froid que possible. Quand j’ai découvert pour la première fois que j’allais passer mon réveillon du Nouvel An à côté de lui sur un vol JetBlue sans escale de Los Angeles à Boston, j’étais angoissé. J’associe les Caucasiens aux cranes rasés à des skinheads, dont la plupart sont racistes.
« Je m’appelle Walter », il a tendu la main dès que je me suis installé dans mon siège.
Je lui ai dit le mien avec un sourire prudent.
« D’où viens-tu? » Il a demandé.
« Zambie. »
« Zambie! » s’écria-t-il, « le pays de Kaunda. »
« Oui », ai-je dit, « Maintenant, celui de Sata. »
« Mais bien sûr », a-t-il répondu. « Vous venez d’élire le roi Cobra comme président. »
Mon visage s’illumina à la mention du surnom de Sata. Walter a souri, et dans ces yeux froids, j’ai vu un homme aimable, un de ces cadres américains qui font la navette entre l’Afrique et les États-Unis.
« J’ai passé trois ans en Zambie dans les années 1980 », a-t-il poursuivi. « J’ai bu et dîné avec Luke Mwananshiku, Willa Mungomba, le Dr Siteke Mwale et de nombreux autres Zambiens très intelligents. » Il baissa la voix. « Je faisais partie du groupe du FMI qui est venu vous arnaquer » Il sourit. « Votre gouvernement m’a mis dans un manoir d’un million de dollars surplombant un bidonville appelé Kalingalinga. De ma terrasse, j’ai tout vu : les riches et les pauvres, les malades, les morts et les bien portants”.
« Êtes-vous toujours au FMI ? J’ai demandé.
« Depuis, je suis passé à un autre groupe avec des pratiques similaires. Dans les prochains mois, mes collègues et moi serons à Lusaka pour hypnotiser le Cobra. Je travaille pour le courtier qui a acquis une partie de votre dette. Votre gouvernement ne doit plus de l’argent à la Banque mondiale, mais à nous désormais, des millions de dollars. Nous serons à Lusaka pour offrir quelques millions à votre président et repartir avec un chèque vingt fois plus élevé.
— Non, tu ne le feras pas, dis-je. « Le roi Cobra est incorruptible. Il est … »
Il riait. « Dit qui? Donnez-moi un président africain, un seul, qui n’a pas craqué sous l’effet combine de la carotte et du bâton.
Le nom de Masire president du Botswana est evoque.
« Oh, lui, eh bien, nous ne l’avons jamais touché parce qu’il a refusé le FMI et la Banque mondiale. C’était la chose la plus intelligente à faire pour lui”.

A minuit, nous étions en l’air. Le capitaine nous a souhaité une bonne année 2012 et nous a exhortés à regarder les feux d’artifice à travers Los Angeles.
« N’est-ce pas beau », a déclaré Walter en baissant les yeux.
De mon siège du milieu, j’ai jeté un coup d’œil et j’ai hoché la tête admirablement.
« C’est le pays de l’homme blanc », a-t-il déclaré. « Nous sommes venus ici à Mayflower et avons transformé la terre indienne en un paradis et maintenant en la nation la plus puissante du monde. Nous avons découvert l’ampoule et construit cet avion pour nous transporter vers des stations balnéaires comme le lac Zambie.
J’ai souri. « Il n’y a pas de lac Zambie.
Il retroussa ses lèvres en un sourire suffisant. « C’est comme ca que nous appelons votre pays. Vous êtes aussi stagnants que l’eau d’un lac. Nous venons avec nos grands bateaux et pêchons vos minéraux et votre faune et nous vous laissons des miettes dont vous vous nourrissez. Cette farine de maïs que vous mangez, ce sont des miettes, les petits poissons Tilapia que vous appelez Kapenta sont des miettes. Nous les Bwanas (blancs) prenons les meilleurs poissons. Je suis le Bwana et vous êtes le Muntu. J’obtiens ce que je veux et tu obtiens ce que tu mérites, des miettes. C’est ce qu’obtiennent les paresseux : les Zambiens, les Africains, tout le Tiers-Monde.
Le sourire a disparu de mon visage.
« Je vois que tu t’énerves, » dit Walter en baissant la voix. « Vous pensez que ce Bwana est raciste. C’est ainsi que la plupart des Zambiens réagissent quand je leur dis la vérité. Ils s’offusquent. D’accord. Laissons un instant nos pigmentations de peau, cette merde en noir et blanc, de côté. Dis-moi, mon ami, quelle est la différence entre toi et moi ?
« Il n’y a pas de différence. »
« Absolument aucune, s’exclama-t-il. « Les scientifiques du projet du génome humain l’ont prouvé. Il leur a fallu treize ans pour déterminer la séquence complète des trois milliards de sous-unités d’ADN. Après qu’ils aient tous terminé, il était clair que 99,9% des bases nucléotidiques étaient exactement les mêmes chez vous et moi. Nous sommes les mêmes personnes. Tous les blancs, asiatiques, latinos et noirs à bord de cet avion sont les mêmes. »
J’ai hoché la tête avec plaisir.
« Et pourtant, je me sens supérieur », sourit-il d’un air fataliste. « Chaque personne blanche dans cet avion se sent supérieure à une personne noire. Le blanc qui ramasse les ordures, le sans-abri blanc qui se drogue, se sent supérieur à vous, quel que soit son statut ou son éducation. Je peux ramasser un idiot dans les rues de New York, le nettoyer et l’emmener à Lusaka et vous vous pressez tous autour de lui en chantant muzungu, muzungu et pourtant c’est une racaille. Dis-moi pourquoi faites-vous ça? ».
Pendant un instant, je suis reste sans mot.
« S’il vous plaît, ne blâmez pas l’esclavage comme le font les Afro-Américains ou le colonialisme, ou un impact psychologique ou une sorte de stigmatisation. Et ne me parlez pas de lavage de cerveau. Donnez-moi une meilleure réponse.

Il a continué. « Excusez ce que je m’apprête à dire. S’il vous plaît, ne vous offusquez pas”.
J’ai senti du sang me monter à la tête et je me suis préparé au pire.
« Oui , vous mon ami tous les vôtres sont paresseux », a-t-il déclaré. « Quand vous posez votre tête sur l’oreiller, vous ne rêvez pas grand. Vous et les autres soi-disant intellectuels africains êtes de sacres paresseux. C’est vous, et non ces pauvres gens affamés, qui êtes la raison pour laquelle l’Afrique est dans un état si déplorable.
— Ce n’est pas gentil à dire, protestai-je.
Il était implacable. « Oh oui c’est le cas et je le répète, vous êtes paresseux. Les Africains pauvres et sans instruction sont les personnes les plus travailleuses sur terre. Je les ai vus sur les marchés de Lusaka et dans la rue en train de vendre des marchandises. Je les ai vus dans les villages travailler dur. J’ai vu des femmes sur Kafue Road écraser des pierres pour les vendre et j’ai pleuré. Je me suis dit où sont les intellectuels zambiens ? Les ingénieurs zambiens sont-ils si invisibles qu’ils ne peuvent pas inventer un simple concasseur de pierres, ou un simple filtre à eau pour purifier l’eau de puits pour ces pauvres villageois ? Êtes-vous en train de me dire qu’après trente-sept ans d’indépendance, votre école d’ingénieurs n’a pas produit un scientifique ou un ingénieur capable de fabriquer de simples petites machines à usage de masse ? A quoi sert votre université alors?”
J’ai retenu mon souffle.
« Savez-vous où j’ai trouvé vos intellectuels ? Ils étaient dans des bars. Ils étaient au Lusaka Golf Club, au Lusaka Central Club, au Lusaka Playhouse et au Lusaka Flying Club. J’ai vu de mes propres yeux un groupe de diplômés alcooliques. Les intellectuels zambiens travaillent de huit heures à seize heures, puis ils passent la soirée à boire. Nous les européens ne le faisons pas. Nous réservons la soirée pour le brainstorming”.
Il m’a regardé dans les yeux.
«Et vous vous envolez pour Boston et vous tous, Zambiens de la diaspora, êtes tout aussi paresseux et apathiques envers votre pays. Vous ne vous souciez pas de votre pays et pourtant vos propres parents, frères et sœurs sont à Mtendere, Chawama et dans des villages, tous vivant dans la misère. Beaucoup sont morts ou meurent de négligence de votre part. Ils meurent du sida parce que vous ne pouvez pas trouver votre propre remède. Vous vous qualifiez ici de diplômés, de chercheurs et de scientifiques et vous affichez pompeusement vos références une fois qu’on vous le demande – oh, j’ai un doctorat dans ceci et cela – un doctorat mon pied ! »
J’étais dégonflé.
« Réveillez-vous tous ! » s’exclama-t-il, attirant l’attention des passagers à proximité. « Vous devriez être occupé à extraire des idées, des formules, des recettes et des schémas des usines de fabrication américaines et à les envoyer à vos propres usines. Tous ces mémoires que vous compilez devraient être le trésor de votre pays. Pourquoi pensez-vous que les Asiatiques sont une force avec laquelle il faut compter ? Ils ont volé nos idées et les ont transformées en les leurs. Regardez le Japon, la Chine, l’Inde, regardez-les.
Il s’arrêta. « Le Bwana a parlé, dit-il en souriant. « Tant que tu dépendras de mon avion, je me sentirai supérieur et toi mon ami restera inférieur. Les Chinois, les Japonais, les Indiens, même les Latinos sont un cran au dessus. Vous, les Africains, êtes au bas de l’echelle.

Il tempéra sa voix. « Surmontez ce syndrome de la peau blanche et commencez à avoir confiance en vous-mêmes. Devenez innovant et fabriquez vos propres trucs pour l’amour de Dieu.
À 8 heures du matin, l’avion a atterri à l’aéroport international Logan de Boston. Walter m’a tendu la main.
« Je sais que j’ai été rude, mais c’est la vérité. Je suis allé en Zambie et j’ai vu trop de pauvreté. Il sortit un morceau de papier et griffonna quelque chose. « Tiens, lis ceci. Il a été écrit par un ami.
Il n’avait écrit que le titre : « Seigneurs de la pauvreté ».
Foudroyé, j’ai eu un sentiment de naufrage. J’ai regardé Walter franchir les portes de l’aéroport jusqu’à une voiture qui attendait. Il avait laissé un énorme nuage de poussière tournoyer dans mon esprit, réveillant de tristes souvenirs. Je pouvais voir les lettrés de la Zambie – les cognoscentes, l’intelligentsia, les universitaires, les intellectuels et les savants dans les endroits qu’il avait mentionnés en train de baver et de parler en desordre. Je me suis souvenu de certains qui ont réussi depuis – comment ils ont obtenu les meilleures notes en mathématiques et en sciences et ont atteint la plus haute éducation de la planète. Ils étaient allés à Harvard, Oxford, Yale, au Massachusetts Institute of Technology (MIT), pour ne nous laisser aucune invention ni découverte. J’en connaissais par leur nom et j’ai bu avec eux au Lusaka Playhouse et au Central Sports.
Walter a raison. Il est vrai que depuis l’indépendance nous n’avons pas sû faire preuve déni de projet civilisationnel. En tant que nation, nous manquons d’initiative et nous nous comportons comme 13 millions de fonctionnaires dépendants du maigre salaire de la fonction publique. Nous pensons que le développement peut être généré en nous asseyant de 8h à 16h derrière un bureau portant une cravate avec nos diplômes accrochés au mur.
Mais l’intelligentsia n’est pas seule, ni même principalement, à blâmer. L’échec le plus important est dû à des circonstances politiques sur lesquelles ils ont eu peu de contrôle. Les gouvernements précédents n’ont pas réussi à créer un environnement qui récompense les idées novatrices et encourage la résilience. KK, Chiluba, Mwanawasa et Banda ont embrassé les idées orthodoxes et n’ont donc pas réussi à les faire prosperer. Je pense que la réinitialisation du roi Cobra a été réalisée dans le paradigme que celui de ses prédécesseurs. Si aujourd’hui je lui disais que nous pouvons construire notre propre voiture, il me mettrait à la porte en disant : « Naupène ? Fuma apa. (Es-tu fou? Sors d’ici)
Sachant bien que King Cobra n’incarnera pas l’innovation, commençons à chercher un leader technologiquement proactif qui pourra lui succéder après un mandat ou deux. De cette façon, nous pourrons fabriquer nos propres concasseurs de pierres, filtres à eau, pompes à eau, lames de rasoir et moissonneuses. Voyons grand et faisons des tracteurs, des voitures et des avions, etc… sinon comme l’a dit Walter, nous resterons à jamais inférieurs.
Une transformation fondamentale de notre pays nécessite un leadership audacieux qui prend des risques avec une attitude de gagnant. Ne nous sentons pas insultés par Walter. Prenons plutot un moment pour pensez un avenir different. Notre parcours de 1964 à ce jour a été marqué par les larmes. Chacun de nous a perdu un être cher à cause de la pauvreté, de la faim et de la maladie. Le nombre de tombes rattrape la population. Il est temps de changer notre culture politique. Il est temps pour les intellectuels zambiens de cultiver un mouvement progressiste qui changera nos vies pour toujours. N’ayons pas peur, ne soyons pas découragés, relevons le défi….
Africains Réveillez-vous!

Field Ruwe, Zambie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s