Otages de la Pendjari : l’Inadmissible Ingérence d’un Journaleux Blanc

blog1.jpg



Dans la tension politique qui agite notre pays suite à la tenue d’élections législatives dont l’opposition a été exclue, tous les esprits sont échauffés, et garder sa sérénité devient une gageure. Or, quand une famille se déchire et que ses membres n’ont plus leurs têtes à eux, c’est à ce moment que l’ennemi se glisse dans la maison et empoisonne la jarre d’eau commune. Parfois, dans notre passion aveugle, c’est nous-mêmes qui passons le poison de main en main jusqu’à sa mortelle destination sans nous en rendre compte.

C’est ce que vient de faire un Français. L’homme s’appelle Michel Taube. C’est un homme de média qui joue les « Monsieur Je sais Tout-Je suis Partout » dans le microcosme médiatique parisien », pépinière hors paire des coquins et des copains. Invité sur une de ces chaînes de télé où il vient mettre en scène ses talents  de rhétoriqueur omniscient et décrypteur de l’actualité politique, l’homme se permet de faire sur notre pays, le Bénin, et son gouvernement une analyse paternaliste, scandaleusement néocolonialiste et d’une outrecuidance renversante. Et la chose est passée comme une lettre à la poste, distribuée en boucle sur les réseaux sociaux béninois et Africains, parce que les Béninois s’entredéchiraient sur les élections injustes qui venaient d’avoir lieu et dont le terme final reste gros d’incertitudes et de suspense. De quoi s’agit-il ? Ce Monsieur se plaint de la privatisation du parc de la Pendjari par le gouvernement béninois. Décision qu’il considère comme dictatoriale, et dont  selon lui les conséquences ont conduit à la mort de deux Français. Il se réserve le droit, dit-il, d’enquêter sur les raisons pour lesquelles le gouvernement  élu du Bénin a fait ce choix de la privatisation, dès lors que, selon lui, il a conduit de fil en aiguille à la mort deux Français !

Écoutez-le parler,  et jugez-en vous même du caractère renversant de ses propos :

«  Certains pays du Sahel sont fragilisés par un défaut de gouvernance stable…Dans ce parc qui était une destination touristique où des Français venaient faire un safari dans un très beau parc, très attractif, il y avait une stabilité, il y avait une armée béninoise en place depuis des décennies qui était là, qui assurait la sécurité qui malheureusement a été remplacée pour des raisons sur lesquelles on pourra certainement enquêter nous tous parce que là, il y a mort d’homme, un Béninois tué et deux soldats français qui ont été subséquemment tués, donc ça nous concerne directement. Malheureusement, dans le Nord du Bénin, il y a eu un défaut de gouvernance depuis le président de la République Talon qui, il faut le reconnaître, est en train de transformer son pays de Démocratie État stable à un régime plus autocratique, et nous en payons le prix, et c’est inadmissible… »

Ce Monsieur crie haro sur le gouvernement du Bénin,  veut enquêter sur les motivations de son choix de privatiser le parc de la Pendjari ; il  appelle implicitement le gouvernement français à prendre acte du caractère inacceptable  de ce qu’il considère comme une dérive autocratique au Bénin, dès lors que les Français, la France en payent le prix. Inférence absurde, complaisante et paternaliste de la responsabilité du Gouvernement béninois dans la mort des deux soldats français. Et ce pour plus d’une raison.

1. Un gouvernement africain démocratiquement élu a le droit de choisir le mode de gestion d’un parc situé sur son territoire. En aucun pays au monde la libéralisation de la gestion d’une unité de production ou d’un service n’a rapport avec la Dictature, bien au contraire.  2. Si le choix du mode de gestion du parc de la Pendjari opéré par le gouvernement béninois conduit  à une baisse de sécurité pour les usagers et les touristes, à ceux-ci et leurs pays d’origine — souvent si renseignés sur ces questions — d’en tirer les conséquences. 3. Combien de fois, à la suite d’actes terroristes commis en France et qui ont coûté la vie à des étrangers, y compris des Africains, les pays des victimes ont-ils mis en cause le mode de gouvernance de la France ? Combien de fois des journalistes africains ont-ils décidé de faire des enquêtes et de suggérer la vindicte contre un gouvernement français parce que ses choix économiques ont eu des conséquences sur la sécurité de leurs congénères ? 4. Est-ce le gouvernement du Bénin qui a été à l’origine de la stratégie d’offensive militaire contre les ravisseurs de la manière dont elle l’a été  ? Si des Béninois sont kidnappés en France, est-ce l’armée béninoise qui vient faire un raid en France pour les libérer ? 5. Qui ne sait que l’offensive sur les ravisseurs était une opération conjointe entre les Américains et les Français prévue de longue date et qui a opportunément réglé le cas des otages français de la Pendjari ?

Dans ce cas, Monsieur je sais Tout, où est la responsabilité du gouvernement béninois – fût-il dictatorial — dans cette situation ? »

Non, Monsieur Taube, ce sont vos propos qui sont inadmissibles, et non parce que la gouvernance béninoise actuelle serait contestable. Les Français ne sont pas obligés de venir faire un safari au Bénin. Le droit de faire un safari au Bénin n’est pas inscrit dans la constitution de France pour que, par vos propos scandaleux, vous fassiez un appel à peine subliminal à ses autorités diplomatiques et politiques pour surveiller et punir  un gouvernement qui y dérogerait. Visiblement, les changements qui s’opèrent au Bénin et que vous reconnaissez vous-mêmes pour tout aussitôt les diaboliser, n’ont pas l’air de vous plaire. Le gouvernement de Monsieur Talon ne danse pas comme il faut au son de la musique de la Françafrique, même si accessoirement il se trouve dans l’œil du cyclone Démocratique…

La question que pose votre attitude et vos propos est : d’où tirez-vous cette outrecuidance et ce sans-gêne pour monter sur vos chevaux blancs de néocolonialistes qui se croit tout permis dans un pays africain ? Si le gouvernement Béninois voudrait bien être un tantinet démocratique, il devrait porter plainte contre vous devant les tribunaux pour ingérence dans ses affaires et propos tendancieux légitimant de potentiels actes terroristes. Personnellement, en tant que Béninois, je m’en réserve le droit.

Aminou Balogun

copyright5

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s