Bénin : Du Sacrifice Humain au Sacrifice d’Hélico

blog1

Au Bénin, pays du Vodoun, pour réussir un challenge comme l’accession à la présidence de la République, les candidats sacrifient volontiers : qui un coq, qui un cabri, qui un mouton, qui un taureau. On a même entendu jadis des accusations de sacrifice de fillette par un candidat à la présidence…
Mais le Yovo béninois, très civilisé, a choisi de sacrifier les pales d’un hélico du parc présidentiel. Incident pompeusement baptisé de crash par la presse enthousiaste et pourtant, pas une goutte de sang versée, pas le moindre bobo, mais ça peut rapporter gros…
1. ça peut servir à mettre en garde les opposants ou ennemis
2. ça peut servir à s’offrir le statut fort sympathique de victime
3. ça concentre l’image du miraculé, donc du courageux, de l’invincible, du fort en gris-gris…
Toute chose qui rassure, fait parler de soi dans les chaumières, et attire la sympathie des électeurs à cette veille des élections…
Chiqué ou réel, quoi qu’il en soit, le sacrifice d’un hélicoptère est toujours mieux que le sacrifice humain. Car, ne l’oublions pas, l’une des raisons avancées par les Français pour conquérir le Danhomè, c’était l’horreur des sacrifices humains.

Aminou Balogun

copyright5.png

 

Un commentaire

  1. Quelle allégorie et quel sens de la métaphore!

Les commentaires sont fermés.