Blaise Compaoré, la Poutre dans les Yeux de l’Occident

Mon Idéo Va, Court, Vole et Tombe sur…

Contre-Preuve par l’Absurde

ideogAu fond, il ne faudrait pas perdre de vue le rôle en sous-main que joue l’occident dans la crise du Burkina, et l’éclipse soudaine du Dictateur Compaoré. La pérennité présidentielle de Blaise Compaoré et sa miraculeuse préservation par les interventions occidentales successives sur le continent qui ont eu raison sinon de la vie du moins du fauteuil de plus d’un de ses pairs laissaient les consciences de par le monde et surtout la jeunesse africaine dubitatives quant aux raisons officielles — Droits de l’homme, Démocratie, etc. –invoquées à l’appui de ces actes d’ingérence.

Voir cet homme vouloir persister à rester au pouvoir après 27 ans de règne monolithique, c’est s’enfermer dans le contresens d’une preuve par l’absurde de la fausseté des prétextes et des bonnes intensions géopolitiques dont l’occident aime à se gargariser.

Il fallait donc faire quelque chose maintenant que l’occasion s’était présentée pour que les consciences de par le monde, l’opinion internationale, et la jeunesse africaine accordent quelque crédit au discours officiel de justification des événements passés ou présents, et qui étaient tous prétendument portés au compte de la bonne volonté démocratique et humaniste de l’Occident bien pensant.

Blaise Compaoré était devenu une poutre dans l’œil de l’Occident, une poutre qu’il fallait coûte que coûte enlever si l’on veut continuer à prétendre enlever les pailles qu’il y a dans les yeux de ses pairs indésirables par l’Occident

Éloi Goutchili

copyright4