Chibock : la Différence entre “Release” et “Bring Back”

image

 

Une foule gigantesque de manifestantes stipendiées sous l’égide de soi-disant « Nigérians unis contre le terrorisme » a fait son apparition aujourd’hui à Abuja dans une mise en scène de rassemblement de protestation au cours duquel, le groupe a demandé à la secte Boko Haram de libérer les lycéennes de Chibok qu’elle a enlevées il y a quelques 40 jours.
La foule était composée de différentes catégories de personnes, y compris des femmes, des jeunes, des motocyclistes, des pousseurs de camions et toutes sortes de gens.
Les manifestants ont été convoyés au Secrétariat fédéral en grand nombre par des bus appartenant au gouvernement populairement dénommés « El – Rufai » ; ils portaient diverses pancartes avec l’inscription « # Boko Haram, libère nos filles maintenant. » Pour se donner une apparence crédible, ils étaient vêtus de T-shirts rouges avec le même message écrit au dos.
Le rassemblement, dirigé par un membre du Parti démocratique du peuple (PDP ) de la Chambre des représentants, Beni Lar et une responsable de l’Association des Femmes de marché, Felicia Sani, a été accueilli à l’Arcade militaire, en face d’Eagle Square par le chef d’état-major de l’Armée, Alex Badeh et d’autres hauts responsables militaires.
Le Chef d’Etat Major a saisi l’occasion pour informer les manifestants que l’Armée nigériane a maintenant cerné la localisation des Lycéennes enlevées mais s’est gardé de révéler leur position exacte, et a exclu tout usage de la force pour libérer les filles.
Le rassemblement était diffusé en direct sur la chaîne de télévision nationale, l’Agence Nationale de Télévision du Nigeria ( NTA ) .
Selon des sources crédibles, le rassemblement aurait été organisé et financé par le gouvernement sous le couvert de « l’Association des femmes de marché » et les «Nigérians Unis contre le terrorisme.»
Les coordonnateurs et manifestants des différents groupes ont ensuite été invités à l’Ancien terrain de parade où ils ont été payés. Pas moins de cinquante autobus de grande capacité ont été aperçus sur place.
La manifestation était organisée pour contrer et discréditer la campagne # BringBackOurGirls mondialement célèbre dirigée par l’ancienne ministre de l’Éducation, Oby Ezekwezili et d’autres militants des droits humains à travers le Nigeria.
Il convient de rappeler qu’une délégation présidentielle a reçu les manifestants de # BringBackOurGirls au même Eagle Square jeudi dernier où les organisateurs ont eu à poser dix questions au Président auxquelles ils ont exigé des réponses. Mais dans l’ensemble, le Président est resté évasif et faute de répondre, il a demandé aux manifestants d’adresser leurs protestations aux ravisseurs des lycéennes de Chibok ( c’est-à-dire Boko Haram ), plutôt qu’à lui. La manifestation d’aujourd’hui a visiblement exaucé les vœux de Monsieur Jonathan.
La lettre du président Goodluck Jonathan de la semaine dernière avait été lue par la ministre d’État au Territoire de la capitale fédérale ( FCT ) , Mme Olajumoke Akinjide. Son contenu avait alors mis en rogne les manifestants qui ont quitté la salle déçus.

image
Avec le rassemblement d’aujourd’hui, il semble qu’une césure a été établie entre les militants d’origine de # BringBackOurGirls et leur pâle copie. Il n’y avait pas de journalistes étrangers sur place, mais la NTA et quelques groupes de presse locaux s’affairaient à rendre compte de l’événement.

amené et Trad. par Binason Avèkes

   

copyright4