Publié dans Homage, Musique

Je Vous Présente Tope Alabi

image

Tope Alabi, de son vrai nom Patricia Temitope, est née le 27 Octobre, 1970 dans l’Etat de Lagos.
Ses parents sont Joseph Akinyele Obayomi et Mme Agnès Kehinde Obayomi. Elle était la seule fille des trois enfants de la famille.
Elle est originaire de Yewa, Imeko dans l’Etat d’Ogun.
Elle a obtenu son WAEC (Baccalauréat) au Lycée Oba Akinyele Memorial High School, Bashorun Anlugbua, Ibadan, en 1986.
Par la suite, elle s’inscrit à l’Ecole Polytechnique d’Ibadan d’où elle sortira en 1990, diplômée en communication de masse.
L’engagement scolaire et dans les études supérieures de Tope Alabi est marqué par le sérieux et le dévouement que lui ont inculqués ses parents, qui ont un sens élevé de la discipline et de l’ordre.
Entre 1982 et 1984, pendant sa période lycéenne en raison de son intérêt pour la musique et le théâtre, Tope Alabi a rejoint le groupe « Jesters international» (Jacob, Papilolo & Aderupoko) à Ibadan, où elle a obtenu sa formation initiale et son expérience dans l’art dramatique.
Elle a travaillé brièvement à la Télévision nigériane (NTA) d’Ibadan en tant que correspondant sous la supervision de M. Yanju Adegbite.

Elle a également travaillé au NTA Canal Tejuosho 7 (maintenant NTA Channel 10, à Lagos) entre 1990 et 1991.
Elle a travaillé avec le groupe publicitaire Centrespread Advertising Limited dans les environs d’Ilupeju entre 1991 et1992 ; elle travailla aussi à la Re-Union Nigeria Limited, Gbagada, Lagos.
Tope Alabi est revenue dans le métier du Théâtre lorsqu’elle a rejoint le prestigieux « Alade Aromire Theartre Group » en 1994. Cette rencontre lui donna l’occasion de se distinguer comme une actrice douée et une chanteuse talentueuse.
Cette académie lui permit d’entrer dans les arcanes de l’art dramatique et du métier de comédien. Elle a participé à diverses productions cinématographiques et théâtrales et surtout la production de musique de film qui fait d’elle une autorité bien connue dans l’industrie du film Yoruba du Nigeria aujourd’hui.
S’il y a quelque chose dont Tope Alabi est redevable à son passage dans le Groupe Théâtral Alade Aromire, c’est la notoriété que lui ont conféré ses productions dans la musique de film de l’industrie du cinéma yoruba.

Tope Alabi a été invitée par différents auteurs, réalisateurs et producteurs dans l’industrie du cinéma Yoruba à écrire et jouer des pistes sonores de leurs films, elle a à son actif à ce jour, environ 350 bandes sonores qu’elle a composées pour différents films du cinéma Yoruba. Ce qui fait de Tope Alabi une véritable pionnière des musiques de films dans l’industrie Yoruba Home Video.
Sa vocation
D’après la légende, dès son enfance, le Seigneur aurait révélé à sa mère, à travers des prophéties que sa fille unique (Tope) serait un serviteur de Dieu.
Durant ses années de lycée, Tope Alabi a participé activement à la chorale de son église locale. En 1988, un homme de Dieu aurait délivré à Tope Alabi un message divin disant que Dieu voulait qu’elle soit son vaisseau d’honneur en chantant, afin de gagner des âmes à son royaume.
Lorsque Tope a rencontré son mari, M. Soji Alabi, Soji, vu ses talents, lui dit qu’elle peut réellement vivre sa vie et utiliser ses talents pour Jésus. Après quelque temps, M. Alabi (maintenant uni à Tope par les liens du mariage) a été très impliquée dans le nouvel engagement évangélique de Tope et sa nouvelle naissance.
Albums
Son premier album intitulé Baba Iwo La Kepe, en dépit de son succès limité, annonce l’accomplissement du dessein divin de Dieu dans la vie de Tope Alabi.
Par la suite, le Seigneur lui a révélé personnellement à travers des rêves en 2000, qu’elle sera Son ministre. Cela lui a donné une conviction personnelle que le Seigneur a réellement besoin d’elle pour travailler pour Lui.
Tope Alabi a commencé à travailler sur son deuxième album intitulé Ti Oore Common (Faveur Inhabituelle) mis sur le marché en Septembre 2001 par Remdel optimale Communications Ltd.
En raison des desseins divins de Dieu pour sa vie, Oore Ti o Common a connu un vrai succès et c’est l’album qui a rendu Tope Alabi populaire dans l’industrie de la musique Gospel. Et l’album a fait des vagues à la fois au Nigeria et à l’étranger.
Après cet album Tope a commencé à recevoir des invitations de diverses églises par des hommes célèbres de Dieu.


Son troisième album, Certificate, s’est vendu par milliers, tant au pays qu’à l’étranger.
Exactement six mois après la publication de Certificate, le 1er Décembre 2005, est sorti le quatrième album, Agbara Olorun & Agbara Re Ni (un double-album) qui a été mis sur le marché. C’était la première fois qu’un artiste gospel sortait un double album au Nigeria.
Avec le double album, Tope a également publié un dossier spécial intitulé Kokoro Igbala où elle affirme sa profession de foi dans le ministère de la Parole de Dieu.
Angeli Mi, le cinquième album est sorti au Nigeria en 2008.
L’un de ses albums les plus uniques est sortie en Avril 2009, intitulé « Yanu ce Mori un ».
Ces albums sont en mouvement rapide sur le marché et les témoignages de la façon dont ils ont influencé positivement la vie de tant de gens sont émouvants.
Atijo est son premier film sorti en l’an 2007.

Famille
Tope Alabi et Soji se sont rencontrés en 1994. Soji Alabi travaillait en tant qu’ingénieur du son.
Soji Alabi a produit nombres de musiques de Tope et même ses albums.
Leur relation était platonique au début, mais après un certain temps, en 1998 pour être précis, elles ont pris un cap amoureux et le 16 Novembre 2000, ils se sont mariés.

Tope Alabi et Soji partagent et croient en la même vision et les mêmes buts et le Seigneur les a aidés dans ce sens.
La renommée et la popularité de Tope Alabi, aussi connu comme « Agbo Jesu» (quelqu’un qui entend et reçoit des instructions de Jésus-Christ) dans le milieu Gospel Nigérian est solide.

Grâce à leurs efforts conjoints, le Seigneur a permis à Tope Alabi et Soji d’établir les STUDIOS JOHNPAT, (leur propre studio) à Lagos, au Nigeria. Ce nouveau studio aidera à améliorer leurs productions. Il sera également une bénédiction pour les artistes à venir.

source

Aguemon Bachirou

copyright4

Publicités