Pauvre Gbagbo: décidément pas de Chance avec la France et sa “Communauté Internationale”

Mon Idéo Va, Court, Vole et Tombe sur…:

Marcoussis à l'Envers !

ideog Dans le feuilleton de crise de la Côte d’Ivoire qui connaît des rebondissements depuis plus de dix ans, il y a un tel chapelet de disparités, d’imparité et de parti-pris à l’égard de Gbagbo, d’iniquité aussi, à tel point que le personnage en devient presque sympathique, en dépit de son rôle de grand méchant dictateur noir qu’il assume avec un mélange d’audace et de résignation.

1. En tant que Président démocratiquement élu, en 2002, Gbagbo subit l’assaut d’une rébellion armée, et demande l’aide militaire de la France, comme le prévoit les accords qui lient la Côte d’Ivoire à l’ancienne puissance coloniale. Celle-ci oppose une fin de non-recevoir, qui du reste ne fait que conforter les soupçons de sa liaison objective avec la rébellion. Dans la foulée de cette déconvenue, la France, que ne choque pas l’idée d’un coup d’état guerrier contre un pouvoir démocratiquement élu, impose à Gbagbo une table ronde avec les rebelles présentés sous l’estampille policée de “Force Nouvelle” Ce sera Marcoussis.

2. Dix ans plus tard, ayant compris le faible que la France, pays de la Révolution, a pour l’idée de rébellion, c’est Gbagbo lui même qui joue les rebelles, en refusant de reconnaître la victoire de son adversaire, Ouattara, après ce qui apparaît comme un échec aux urnes. Et le mauvais perdant, excipant de quelques arguments non tous infondés, demande à la France et à sa “Communauté Internationale” une table ronde pour en débattre. Un Marcoussis à l'envers, en somme ! Mais la France et sa “Communauté Internationale” refusent, et pour toute réponse, menacent de lui donner leurs armées, comme on donne du chien à un malfrat !

En résumé, quand Gbagbo demande à la France l’aide militaire pour défendre son régime démocratiquement élu contre les assauts antidémocratiques des rebelles armés, elle refuse et lui impose des pourparlers humiliants avec ceux-ci. Mais quand c’est Gbagbo qui devient à son tour rebelles et fait la demande de pourparlers avec les rebelles d’hier métamorphosés en Démocrates, la France et sa “Communauté Internationale” refusent et le menacent d’une intervention armée !

Pauvre Gbagbo, décidément, il n’a pas de chance avec la France et sa “Communauté Internationale !

Éloi Goutchili

clip_image001

Copyright, Blaise APLOGAN, 2010,© Bienvenu sur Babilown

Toute republication de cet article doit en mentionner et l’origine et l’auteur sous peine d’infraction

clip_image001

Publicités