Itan Igbéraga/l’histoire de Mr Arogan

“Àṣejù Baba Àṣetẹ́” – Ìtàn bi Ojúkòkòrò àti Ìgbéraga ti jẹ́ Àṣejù  L’Arrogance est le père de la disgrâce « L’histoire dépeignant la cupidité et arrogance comme des excès »
Ni ìgbà àtijọ́, ọkùnrin kan wa ti orúkọ rẹ njẹ́ Ìgbéraga.  Wọ́n bi Ìgbéraga si ilé olórogún, àwọn ìyàwó bàbá́ rẹ yoku ni ó tọ nitori ìyá rẹ kú nigbati ó wà ni kékeré.  Lẹhin ti o tiraka lati pari iwé mẹ́fà, gẹ́gẹ́ bi ọ̀dọ́, ó gbéra lọ si ilú Èkó nibiti ó ti bẹ̀rẹ̀ iṣẹ́ pẹ̀lú ilé-iṣẹ́ Ẹlẹ́ja. Ó nṣe dáradára ni ibi iṣẹ́ ki ó tó gbọ́ ìròyìn ikú bàbá rẹ.  Ìgbéraga pinu lati padà si ilú rẹ lati gba ogún ti ó tọ́ si lára oko kòkó rẹpẹtẹ ti bàbá rẹ fi silẹ̀.  Ohun fúnra rẹ ra oko kún oko bàbá rẹ ti wọn pín fun.  Ó di ẹni ti ó ri ṣe ju àwọn ọmọ bàbá rẹ yoku.  Eyi jẹ ki gbogbo àwọn ọbàkan rẹ gbójú le fún ìrànlọ́wọ́. Ni igbà ti ó yá, o ni ilé àti ọlà ju gbogbo àwọn yoku ni abúlé ṣùgbọ́n kò to, ó bẹ̀rẹ̀ si ra oko si titi dé oko àwọn ọmọ bàbá rẹ yoku.  Eyi jẹ́ ki ó sọ àwọn ọmọ bàbá rẹ yoku di alágbàṣe ni oko ti wọn jogún.  Inú àwọn ọmọ bàbá rẹ wọnyi kò dùn si wi pé wọn ti di atọrọjẹ àti alágbàṣe fún àbúrò wọn ninú ilé ara wọn. Yorùbá ni “Àṣejù Baba Àṣetẹ́”. Ìgbéraga bẹ̀rẹ̀ si ṣe àṣejù, kò dúró lati má a fi ọrọ̀ rẹ yangà si gbogbo ará ilú pàtàki si àwọn ẹ̀gbọ́n rẹ, ó jọ ara rẹ lójú, ó si nsọ ọ̀rọ̀ lai ronú tàbi gba ikilọ̀ àwọn àgbà ti wọn mọ ìbẹ̀rẹ̀ rẹ.  Kò mọ̀ wi pé ohun ngbẹ́ ikòtò ìṣubú fún ara rẹ́.  Ni ọjọ́ kan, ó pe ọ̀kan ninú àwọn ẹ̀gbọ́n rẹ ti ó sọ di alágbàṣe ninú oko rẹ tẹ́lẹ̀ ó si bu, ó pe e ni aláìní dé ojú rẹ.  Ẹ̀gbọ́n ké pẹ̀lú omijé lójú pé “Bi ó bá jẹ ìwọ ni Ọlọrun, ma ṣe iwà burúkú yi lọ, ṣùgbọ́n bi ó bá jẹ́ enia bi ti òhun, wà á ká ohun ti o gbin yi”. Ni àárọ̀ ọjọ́ kan, Ìgbéraga ji ṣùgbọ́n kò lè di de nitori ó ti yarọ.  Wọ́n gbe kiri titi fún itọ́jú ṣùgbọ́n asán ló já si.  Ìṣòro yi jẹ ki ó ta gbogbo ohun ini rẹ ti ó fi nyangàn titi o fi di atọrọjẹ. Ẹ̀kọ́ ìtàn yi ni pe àṣejù ohunkóhun kò dára pàtàki ki enia gbójúlé ọrọ̀ ilé ayé bi ẹni pé àwọn ti ó kù kò mọ̀ ọ́ ṣe, nitori Yorùbá sọ wi pé “kìtà kìtà kò mọ́là, Ká ṣiṣẹ́ bi ẹrú kò da nkan, Ọlọrun ló ngbé ni ga”.  Autrefois, il y avait un homme nommé «Igberaga», (alias Arogan), il était né dans une famille polygamique et élevé par les autres épouses de son père parce que sa mère est morte quand il était enfant. Il a émigré à Lagos (une grande ville) où il a rejoint une société de pêche après avoir trimé pour obtenir son CEPE.   Il prospérait dans son entreprise, lorsque son père mourut. Igberaga décida de retourner dans la propriété paternelle pour réclamer sa part de la vaste plantation de cacao de son père. Il a pu en obtenir plus qu’il ne lui en revenait, et la prospérité lui sourit plus que n’importe lequel de ses frères et sœurs. Beaucoup de ses demi-frères et sœurs comptaient sur lui pour un soutien financier.   Après un certain temps, Igberaga posséda plus de maisons et prospéra plus que quiconque dans la communauté. Par ailleurs,  il a continué à acquérir plus de fermes, jusqu’à ce qu’il acquière l’héritage de ses frères et sœurs et les fasse devenir locataires. Pour couronner le tout, il a commencé à les utiliser comme ouvriers dans la ferme qu’ils possédaient autrefois. Cela ne s’est pas bien arrangé avec ses frères car ils étaient maintenant réduits à la mendicité dans leurs maisons et au service d’un jeune frère.   Selon un adage yoruba, «Un comportement excessif est le père de la disgrâce». Igberaga s’est engagé dans un comportement excessif car il n’a pas cessé d’afficher sa richesse, il était arrogant et désinvolte à tout moment, malgré les avertissements de ceux qui connaissent et comprennent son histoire. Il a refusé tous les avertissements des anciens. Mais ce faisant, il était loin de se douter qu’il travaillait à sa perte. Un jour, il a appelé un de ses frères qu’il employait comme ouvrier, dans sa ferme d’origine et l’a humilié parce qu’il était pauvre. Le pauvre frère se lamenta « Si tu es Dieu, dit-il, tu peux continuer, mais si tu es un humain comme moi, tu  récolteras certainement ce que tu auras semé ».   Un matin, Igberaga s’est réveillé et ne pouvait pas se tenir debout, il était devenu paralysé. De nombreuses tentatives ont été faites pour trouver un remède à sa maladie, mais en vain. Ces circonstances l’ont forcé à vendre toutes ses propriétés et il a fini par devenir un mendiant.   Moralité, il ne faut pas assimiler la richesse au seul travail acharné de chacun, comme si les autres moins privilégiés n’avaient pas assez lutté. Selon le proverbe yoruba, «La richesse n’est pas due à un dur labeur ou à l’esclavage, mais à la bénédiction de Dieu».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s