Afrique : Condition sine qua non du Décollage

Mon Idéo Va, Court, Vole et Tombe sur… :

Un Sens plus élevé de notre Indépendance

ideogPourquoi les Noirs n’ont pas grand souci de leur autonomie, et se vautrent volontiers dans l’aliénation et la dépendance paresseuses ?

Or, le fait que ce travers ne soit pas une fatalité est illustré par la différence de l’état de dépendance en Afrique en fonction de l’histoire coloniale. En effet, cette disposition est d’origine historique et prend racine dans la colonisation, même si déjà la période précoloniale et sa soumission à l’ordre commercial des Blancs auguraient du désastre à venir.

En effet, les pays épris de cette tendance et qui s’y adonnent avec le plus de passion sont les pays francophones, alors que les pays anglophones jouissent d’une relative autonomie.

Un ou deux exemples relevant des systèmes symboliques.

1. Tous les pays anglophones d’Afrique ont leur monnaie : le Ghana a son cedi, le Nigéria a son naira, le Kenya et l’Ouganda ont leur shilling, etc. Même la petite Gambie enclavée dans le Sénégal à son dalasi. Or aucun pays africains francophones hormis la Guinée de Sékou Touré ne possède sa propre monnaie. Tous sont inféodés au franc, y compris de façon anachronique lorsque la France n’a plus le franc. Dépendance absurde et ruineuse, fondée sur l’exploitation, la domination économique et l’influence mentale.

2. Dans les pays anglophones, les communautés ou les groupes ethniques parlent et écrivent leurs langues, utilisées dans les actes

 

de la vie sociale, administrative et culturelle de tous les jours. En Afrique francophone cette pratique de base est quasi inexistante, partiale, parcellaire, et relève d’expériences douteuses et embryonnaires. À la merci des pressions, du dictat et des manipulations de la francophonie Françafrique.

Il y a beaucoup de facteurs à questionner et autant de problèmes à résoudre pour voir se réaliser le rêve d’émergence d’une Afrique unie que, sur le continent, on se plaît à comparer à d’autres continents qui comme lui, connurent le fer du colonialisme. Mais, avoir subi les mêmes outrages et les mêmes malheurs de la main du même malfaiteur ne fait pas des victimes des égaux. À nous de prouver cette égalité, à commencer par démontrer un sens plus élevé de notre indépendance.

Éloi Goutchili

copyright3