Nigeria : Sauf Coup de Théâtre, GMB Émerge Prochain Président

image

Après trois précédentes tentatives infructueuses, le Major-général à la retraite, Muhammadu Buhari a enfin gagné son ticket pour Aso Rock, le palais présidentiel du Nigeria, en tant que Président de la République fédérale.
Selon les résultats définitifs publiés par l’INEC, M. Buhari, qui s’est présenté sur la plate-forme du All Progressive Party, APC, a réalisé un total de 15.416.221 voies pour vaincre le Président sortant, candidat du Parti démocratique du peuple, PDP, Monsieur Goodluck Jonathan, qui a obtenu 12.853.162 voix.
Le candidat APC a obtenu le plus grand nombre de voix dans 21 États, tandis que M. Jonathan a prévalu dans 15 États plus le territoire Fédéral, Abuja.
M. Buhari a également satisfait à l’exigence constitutionnelle d’être déclaré président élu en obtenant plus d’un quart des voix dans 27 États.
Le candidat APC a remporté dans l’Adamawa, Bauchi, Benue, Borno, Gombe, Jigawa, Kaduna, Kano, Katsina, Kebbi, Kogi, Kwara, Lagos, Niger, Ogun, Ondo, Osun, Oyo, Sokoto, Yobe et Zamfara.
M. Jonathan quant à lui s’est imposé dans les États du Rivers, Plateau, Taraba, Nasarawa, Imo, Enugu, Ekiti, Edo, Delta, Ebonyi, Cross River, Bayelsa, Anambra, Akwa Ibom, Abia et le Territoire de la capitale fédérale (Abuja).

Si le tropisme régionaliste reste fort, il a surtout fonctionné en faveur du candidat nordiste qui a fait plus le plein des voix du nord que Jonathan n’a fait le plein des voix du sud. En effet, alors que la quasi-totalité des Etats Yoruba a voté souvent à une écrasante majorité pour Buhari, seulement deux Etats du Nord ont faiblement voté pour Jonathan. Plus que jamais, le sud-ouest a été l’arbitre de cette élection. Il est vrai que les Yoruba se sentaient délaissés par le régime de Jonathan qui, durant son mandat, s’est replié dans sa zone ethnique sud-sud et a investi plus d’espoir dans l’adhésion politique d’une partie du Nord en surestimant la stabilité du clientélisme régional. Quand Jonathan a redécouvert l’identité sudiste des Yoruba à l’approche des élections, il était déjà trop tard. Mais le dévolu jeté par les Yoruba sur Buhari s’explique aussi par la fait que son vice-président est Yemi Osinbajo, un Yoruba pur jus.

Aux dernières nouvelles Jonathan vient d’appeler Buhari pour concéder sa défaite et congratuler son adversaire.

Alan Basilegpo

ibinimori

copyright4