Dans la Capitale Caribéenne du Carnaval la Fierté fait son Show

Par André Bagoo

Je souris toujours à cause du samedi 28 juillet. L’histoire a été écrite à Trinité-et-Tobago avec notre premier défilé de la fierté. Depuis ce jour, je traite l’expérience. L’impression d’errer joyeusement dans les rues de la ville où je suis né et où j’ai grandi, ces mêmes rues où il est acceptable, année après année, que des milliers de fêtards défilent lors de la bacchanale du Carnaval. Qu’est-ce qui était différent samedi dernier ? La différence était que nous avions tous une raison de parader : nous avions tous une déclaration importante à faire. Tant de mes amis LGBTQ, dont certains sont retournés à Trinidad après avoir émigré pour chercher une meilleure qualité de vie à l’étranger, une vie où ils sont couverts par des dispositions de base qui les protègent de la discrimination sur le lieu de travail, dans l’accès aux services gouvernementaux, et où ils sont pleinement reconnus comme des êtres humains sur un pied d’égalité avec n’importe qui d’autre.

De nombreux amis m’ont dit en privé qu’ils n’auraient jamais pensé voir le jour où Trinidad organiserait un défilé de la fierté. J’ai ressenti leur émotion en se remémorant des années d’expérience dans ce pays où les personnes LGBTQ sont victimes de discrimination au quotidien dans les lieux les plus banals : à l’école, à la maison, chez le barbier, au supermarché, dans leurs professions, à l’église, sur le terrain de jeu et, oui, juste en marchant dans la rue. Le défilé de samedi a été un pur moment de joie et d’amour.

Depuis, j’ai noté les réactions des responsables religieux. L’un d’eux a décrit le défilé comme « inquiétant ». Un autre sous-entend que les groupes minoritaires ne devraient pas être protégés : « Le pays dans son ensemble a le droit de déterminer les valeurs qu’il veut promouvoir. » Tout cela a été dit avec un visage impassible (jeu de mots). Mais il y avait plus des saints hommes. Un responsable a demandé si les personnes LGBTQ sont nées homosexuelles. « La preuve n’est nulle part que les gens par nature sont nés de cette façon. » Il a dit qu’être gay est un choix. Et bien, l’implication naturelle était que nous tous qui avons marché samedi choisissons notre assujettissement.

Un autre est allé jusqu’à dire que les homosexuels s’isolent : « Ils prennent cette position socialement et s’isolent que tout le monde est contre eux, mais ce qu’ils pratiquent est contre le fonctionnement social normal. » Ce responsable semblait suggérer que ce sont les homosexuels qui surveillent les chambres des autres, qui ont laissé de côté les lois homophobes de l’époque coloniale, qui ont explicitement inséré une disposition dans la loi anti-discrimination se retirant de la protection de l’État. C’est sa version des «opérations sociales normales».

J’ai des nouvelles pour ces experts – et pour ceux qui pensent que des homosexuels ont soudainement débarqué d’un vaisseau spatial. Les personnes LGBTQ existent depuis des siècles. Demandez aux centaines de milliers de personnes persécutées et massacrées par les nazis. Demandez Shakespeare. Et les homosexuels étaient à Trinidad bien avant samedi dernier. Prétendre que nous sommes une importation étrangère soudaine est un acte de révisionnisme si délibérément aveugle qu’il est odieux.

Vous voyez, ce qui dérange vraiment les chefs religieux, ce n’est pas un argument facile sur la biologie (que vous soyez né gay ou rendu gay, le fait est que vous êtes gay). Il ne s’agit pas non plus de droits religieux (personne ne cherche à changer sa doctrine privée). Ce qui dérange ces dirigeants n’est pas quelque chose qui concerne une sorte de préférence de principe pour l’ochlocratie (sinon leurs propres membres se soulèveraient contre eux et seraient en mesure de recommander des changements aux doctrines arriérées de l’église). Ce n’est pas non plus une fidélité à la Bible (qui leur a tout appris sauf l’amour).

Ce qui dérange vraiment les chefs religieux, c’est le fait qu’il y a des homosexuels dans ce pays et nous n’avons pas honte.

Ils peuvent me retirer mon droit à l’égalité en utilisant n’importe quel sophisme sectaire qu’ils souhaitent inventer. Mais vous savez ce qu’ils n’enlèveront jamais ? Grâce aux organisateurs du TT Pride Arts Festival, ils ne m’enlèveront jamais ma #Pride2018.

Andre Bagoo est un poète et journaliste trinidadien. Son quatrième recueil de poésie, The City of Dreadful Night, a été publié en mai 2018.

ibinimoiri

Un commentaire

  1. Les ennemis de la race humaine frappent jusqu’au cœur des descendants d’esclaves. Le seul fait que parmi ces populations il y ait un tel nombre de déviants moraux qui s’abritent sous le paravent commode des minorités historiques en dit long sur les manipulations et stratégies de légitimation des transhumanistes et autres enragés de l’Anti-nature…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s