Question de Société : “Ni Ayé òde òni, njẹ́ ó yẹ ki a pọ́n Ìláyapúpọ̀ lé ni Igbéyàwó Ìbílẹ̀ Yorùbá?” Bien fondé de la polygamie de nos jours

Blog1

Ni igbà àtijọ́, oníyàwó kan kò wọ́pọ̀ nitori iṣẹ́ Àgbẹ̀.  Àṣà fi fẹ́ iyàwó púpọ̀ ṣe kókó nitori bibi ọmọ púpọ̀ pàtàki ọmọ ọkùnrin fún irànlọ́wọ́ iṣẹ́-oko.  Fi fẹ̀ iyàwó púpọ̀ kò pin si ilẹ̀ Yorùbá tàbi ilẹ̀ Aláwọ̀dúdú nikan, ó wọ́pọ̀ ni ilẹ̀ Aláwọ̀funfun ni ọ̀pọ̀lọpọ̀ ọdún sẹhin ṣùgbọ́n nitori òwò ẹrú àti ẹ̀sin igbàgbọ́ wọn bẹ̀rẹ̀ àṣà fi fẹ iyàwó kan.  Lẹhin òwò ẹrú, li lo ẹ̀rọ igbàlódé fún iṣẹ́ oko jẹ ki Aláwọ̀funfun lè dúró pẹ̀lú àṣà fi fẹ́ iyàwó kan.

Ọ̀pọ̀lọpọ̀ ọ̀dọ́ ayé òde òni ti kọ àṣà fi fẹ́ iyàwó púpọ̀ silẹ̀ nitori ẹ̀sìn, ìmọ̀ àti si sá fún rògbòdiyàn ti ó lọ pẹ̀lú iyàwó púpọ̀.  Iṣẹ́ Alákọ̀wé kò ṣe fi jogún fún ọmọ nitori iwé-ẹ̀ri àti ipò ti èniyàn dé ni iṣẹ́ Akọ̀wé tàbi iṣẹ́ Ìjọba kò ṣe fi jogún fún ọmọ bi oko.  Owó ti ọ̀pọ̀lọpọ̀ Oniṣẹ́-oṣ̀u ngba kò tó lati bọ́ iyàwó kan ki owó oṣù míràn tó wọlé, bẹni kò tó gba ilé nla ti ó lè gba iyàwó púpọ̀ pàtàki ni ilú nla bi Èkó.  Àṣà iyàwó púpọ̀ ṣi pọ̀, ni àwọn ilú kékeré tàbi Abúlé laarin àwọn àgbẹ̀ àti àwọn ti kò kàwé.

Yorùbá ni “Bàbá, bàbá gbogbo ayé”, bi iyàwó kò bá ni iṣẹ́ lati tọ́jú ọmọ wọn, ìṣẹ́ dé, nitori eyi, ọ̀pọ̀lọpọ̀ obinrin Yorùbá ma ntẹpá mọ́ṣẹ́ lati lè tọ́jú ọmọ wọn lai dúró de ọkọ.  Ìyà àti ìṣẹ́ ni fún ọmọ púpọ̀ àti àwon iyàwó ọkùnrin ti kò ni iṣẹ́ tàbi eyi ti ó ni iṣẹ́ ti kò wúlò.

Ewu ti ó wà ni ilé oníyàwó  púpọ̀ ju ire ibẹ̀ lọ.  Yorùbá ni “Oníyàwó kan kò mọ ẹjọ́ oníyàwó  púpọ̀ da a”.  Lára ewu wọnyi ni, ki i si ifọ̀kànbalẹ̀ nitori ijà àti ariwo ti owú ji jẹ laarin àwọn iyàwó ma nfà pàtàki ni agbo ilé nlá tàbi ilé Ọlọ́rọ̀ àti Olóyè.  Ọ̀pọ̀lọpọ̀ ilé oníyàwó  púpọ̀ ma nda ahoro lẹhin ikú Olóri ilé nitori kò si ẹni ti ó ni ìfẹ́ tọ si Bàbá oníyàwó  púpọ̀.


– «Dans les temps modernes, faut-il encourager la polygamie dans le mariage traditionnel yoruba?»

Dans les temps anciens, la monogamie n’était pas courante à cause de la communauté agraire. La pratique de la polygamie était importante pour produire de nombreux enfants, en particulier des garçons, dans le but d’aider à la ferme. La polygamie n’était pas l’apanage des Yoruba ou des Africains, elle était courante  aussi dans le monde occidental il y a de nombreuses années, mais la traite des esclaves et l’adoption du christianisme ont rendu la monogamie possible. Après la traite des esclaves, l’invention d’outils agricoles à l’ère industrielle ont facilité la poursuite de la monogamie dans le monde développé.

Blog1

De nombreux jeunes hommes modernes rejettent la polygamie en raison de l’adoption du christianisme,  de l’éducation et pour éviter les troubles qui y  sont associés. Les enfants ne peuvent pas hériter du poste de leurs parents dans un emploi lettré ou utiliser leurs diplômes. Le travail salarié ou l’emploi gouvernemental ne peut pas être hérité comme les terres agricoles le pourraient. Le salaire gagné par de nombreux travailleurs n’est pas suffisant pour nourrir une femme sans parler d’une seconde ; il n’est pas davantage suffisant pour louer un logement assez pour de nombreuses épouses, en particulier dans des villes comme Lagos. La polygamie est encore courante dans les petites villes ou villages parmi les agriculteurs et les analphabètes.

Selon un adage yoruba, «Père de tous», la pauvreté guette une femme qui, en polygamie, n’a pas de revenu pour s’occuper de ses propres enfants. De nombreuses femmes yoruba travaillent très dur pour prendre soin de leurs enfants sans attendre l’homme. Les enfants et les femmes d’un polygame sans emploi ou travaillant de manière irresponsable souffrent souvent.

Les inconvénients de la polygamie dépassent ses avantages. Un autre adage yoruba ne dit-il pas  «Un monogame ne peut pas se prononcer sur un problème de polygame». Certains des dangers de la polygamie sont : le manque d’environnement pacifique en raison des luttes intestines et du fracas associé aux rivalités entre les épouses, en particulier dans les familles riches ou aristocratiques. De nombreux foyers polygames s’effondrent après la mort du chef de famille parce que personne n’est attaché à un père polygame.

ibinimori

copyright5

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s