Covid19, l’Afrique et les Fleurs du Mal

Blog1

« Covid-19 : la situation en Afrique du Sud est un signal d’alarme pour le reste du continent » avertit l’OMS.

Décidément, dans cette tragique manip planétaire à visée de numérisation de l’humanité nommée Covid-19, la diabolisation de l’Afrique a repris du service après quelques mois de répit. Commencée à tambour battant du sein même de l’ONU et de ses organisations affiliées, cette diabolisation a très tôt pris des accents de sombre prophétie annonçant le pire pour l’Afrique.

Or, plus de six mois de pandémie ne sont pas parvenus à justifier ces prédictions funestes qui se drapent dans la bonne conscience du cri de secours en faveur du continent le plus pauvre du monde, ou plus exactement du plus appauvri avec la bénédiction sournoise des mêmes organisations qui prétendent plaider pour lui.

En effet, passé l’effet des manchettes qui annoncent le pire à venir pour l’Afrique, entre les lignes, force est de reconnaître la vérité des faits. « L’Afrique et l’Océanie sont les continents les moins touchés par la maladie » peut-on lire.

Avec 722.281 cas confirmés de Covid-19 dont 15.220 décès et au moins 383.632 patients considérés comme guéris, l’Afrique est le premier continent le moins touché si on ne compte pas l’Océanie. Les continents les plus touchés sont les Amériques avec 7.584.675 cas et 309.309 décès et l’Europe avec 3.089.641 cas et 207.641 morts.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 139.468 décès pour plus de 3,6 millions de cas recensés. Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 78.772 morts pour 2.074.860 cas, le Royaume-Uni avec 45.300 morts (294.792 cas), le Mexique avec 38.888 morts (338.913 cas), l’Italie avec 35.045 morts (244.434 cas) et la France avec 30.152 décès (174.674 cas).

Mais la létalité éclaire un peu plus sur le tribut humain payé à cette pandémie par chaque pays, et chaque cantinent.

Blog1

Blog1

Le premier tableau où figurent les chiffres relatifs aux pays africains les plus touchés montre que le taux de létalité est à un chiffre sur le continent. Alors que dans le  second tableau relatif aux pays Occidentaux, — Europe et Amériques — qui sont les plus touchés au monde, on voit que le  taux de létalité est à deux chiffres en Europe, hormis l’Allemagne, qui est un cas à part et dont, — soit dit en passant — les chiffres ne semblent pas particulièrement intéresser l’OMS qui le passe sous silence. Sans doute parce que le cas allemand n’est pas sexy, il ne prête pas flanc à la dramatisation qui est le signe sous lequel toute cette affaire du Covid-19 est traitée et mise en scène depuis plusieurs mois. Mais à quelle fin ?

En tout cas l’Afrique devient  à la fois le support et le cobaye de ce scénario de numérisation de l’humanité dont le coronavirus est le prétexte artificieux. Et de toute l’Afrique et suivant le discours de pseudo-compassion dont elle est abreuvée par les organisations internationales complices du système, l’Afrique du Sud, le pays de Nelson Mandela est le candidat idéal.  Du reste, le Covid-19, ou sans doute ses instigateurs de l’ombre, ne s’y sont pas trompés. Car quoi, admirez l’intelligence politique de ce nouveau coronavirus. Très tôt, il a pris ses quartiers en Afrique du Sud et sans désemparer plus que nulle autre part sur le continent noir, est en train de faire des hécatombes. Il persiste et n’entend pas raison. Il veut y être  jusqu’au moment où le vaccin sortira des soutes de Bill Gates  et ses comparses du Big Pharma Cartel. Alors, full of grace, magnanime et la main sur le cœur, ces Messieurs bien pensants — qui pensaient ce scénario depuis plus d’une décennie — et qui en veulent à l’Afrique noire tout entière d’être à la fois trop prolifique et trop gorgée de richesses, oh oui, ces bons Samaritains du vingt-et-unième siècle, emboucheront la trompette de la bonne volonté humanitariste ! Et dans leur presse et bouche mielleuse, on entendra des : « Ah, comment diable laisserons-nous le pays de Nelson Mandela décimé par cette triste pandémie ? » Et priorité vaccinale sera donnée au pays de l’Arc-en-ciel. Et cet empoisonnement collectif destiné à apporter une solution finale à la frénésie de prolifération africaine qu hante l’Occident, sera présenté comme un beau geste humanitaire, les Fleurs du Mal. Et l’Afrique du Sud ne sera que l’entrée en matière de  toute l’Afrique noire, qui a du mal à réfléchir son destin et à se prendre en main.. Et si nous n’y prenons garde, ce stratagème savamment organisé aura raison de l’Afrique tout entière…

Agbopanzo Balthazar

copyright5

2 commentaires

  1. La saga du Covid 19 notre challenger no 1 continue.

    Apres 6 mois d’égarements et d’incohérences sur la prise en charge des malades du Covid 19,  on compte maintenant plus que jamais   les malades  du troisième âge comme  des malades du Covid 19, comorbidité oblige.

    Bientôt, on ajoutera aussi les victimes des PATHOLOGIES DE LA PAUVRETÈ aux victimes du Covid 19.

    • Eh oui, bien vu ! Bientôt le délire comptable va s’accélérer… et les agents du Big Pharma Cartel ne feront pas de quartier ! Si la grippe espagnole a eu une seconde vague, elle n’était suspecte de rien, personne ne pensait qu’il y avait des mains invisibles et des intérêts visibles derrière. Or, fort est le soupçon que ce covid n’est qu’un gros prétexte acide aminé pour vacciner le monde entier ; vacciner le monde entier pour numériser l’humanité ; numériser l’humanité pour l’avoir au doigt et à l’oeil…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s