Coronavirus, Nigeria : les Députés Demandent une Mission d’Experts à Madagascar et au Sénégal

Blog1

[Abuja.] Mardi, la Chambre des Représentants a exhorté le gouvernement nigérian à parrainer des experts pour un voyage d’étude à Madagascar et au Sénégal pour un éventuel remède endogène au COVID-19.

La référence à ces deux pays africains, dont l’un est membre de la CEDEAO se justifie par leur distinction dans les initiatives positives sur le continent pour faire échec à la propagation du coronavirus.

Madagascar, on le sait a fait parler de lui par la mise au point et la production du Covid Organics (CVO), un remède à base d’artemisia, plante utilisée jusque-là dans la lutte contre la malaria. Ce pays a en outre le taux de guérison le plus élevé et le taux de mortalité le plus faible parmi les pays africains comptant plus de 150 cas confirmés de covid-19

Le Sénégal, l’autre pays qui intéresse les sénateurs nigérians, fait parler de lui depuis quelques jours à propos d’un kit de test de diagnostic du covid-19 peu coûteux. Ce nouveau test, qui sera fabriqué à Dakar, est conçu par l’entreprise britannique de biotechnologie Mologices. En partenariat avec l’Institut Pasteur de Dakar, la confection de ces kits aura lieu à DiaTropix, une nouvelle installation pour l’innovation liée aux épidémies et construite sur mesure. Les kits de test devraient normalement être disponibles pour le public en juin.

C’est ce qui vaut au Sénégal et à Madagascar tout l’intérêt des sénateurs nigérians. Si le géant africain (démographiquement tout au moins)  pour l’instant ne connait pas, toutes proportions gardées, un grand nombre de cas confirmés, la contagion y est loin d’avoir atteint son pic. Une double stratégie de prévention et de guérison est donc au principe de l’exhortation de la chambre des représentants au gouvernement. Espérons que cette demande de bon sens, qui à l’avantage de valoriser des solutions endogènes, ne tombera pas dans l’oreille d’un sourd…

Adenuke Bolariwa

copyright5

 

2 commentaires

  1. C’est vraiment dommage que chaque pays africain fasse cavalier seul face à cette pandémie, alors qu’il s’agirait tout simplement d’un interlocuteur mandaté par l’ensemble des pays africains pour mener les discussions en vue d’adopter les solutions idoines pour gérer cette crise sanitaire.

  2. Le problème de l’Afrique est que nous sommes plus prompts à nous dire « mon frère », « ma sœur » plutôt que d’être des frères ou des sœurs. We pay mere lips service to brotherwood. When it comes to acts, we are absent on brotherland.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s