Afrique/Europe/Asie, COVID-19 : la Liberté ou la Mort

blog1

Mesures d’anticipation, transparence des autorités, dépistages massifs… La manière dont certains pays d’Asie, Taïwan en tête, font face à l’épidémie de coronavirus aurait peut-être pu inspirer l’Europe.

Mais en Europe, le mythe de la liberté prédomine. Ainsi en France, comment comprendre la tenue  du « plus grand rassemblement de Schtroumpfs du monde », organisé il y a quelques jours à Landerneau (Finistère) en plein ravage de l’épidémie, sinon par ce mythe tout-puissant qui justifie tout et son contraire ?

Mais, les pays Asiatiques ont prouvé que ce qui est traditionnellement stigmatisé chez eux comme un pouvoir autoritaire, cette conscience forte que l’individuel est une émanation du collectif et non l’inverse n’a pas que des défauts. Et ils ont tiré partie de cette disposition pour  limiter, voire contenir la diffusion du COVID-19.

Comment ? Eh bien, par la transparence, les dépistages massifs ou encore utilisation des nouvelles technologies. « Dès le début, le gouvernement coréen a défini des principes clés pour lutter contre le COVID-19 : être rapide, transparent et préventif »

A Singapour et Hong Kong, un état d’urgence sanitaire a été déclaré très tôt. Les mesures de distanciation sociale ont été accompagnées de mesures strictes de confinement et de quarantaine avec des contrôles surprise des autorités pour vérifier qu’elles étaient respectées à Singapour.

Dans un pays européen comme la France, qui pour l’instant entre l’Italie et l’Allemagne fait figure d’une bonne moyenne, outre le fait que l’idéologie libertaire a freiné la  prise de mesures similaires à celles qui ont fait leur preuve en Asie, d’après Libération, les données en matière de tests sont particulièrement opaques depuis le début de la crise. Outre le laisser-aller dans les comportements, les autorités françaises font par ailleurs le choix d’entretenir le flou sur les communes où habitent les personnes contrôlées positives au COVID-19 pour « ne pas semer un vent de panique inutile », et au nom du droit des gens au secret médical. On imagine que ce sont les mêmes raisons qui ont justifié les hésitations et les cafouillages qui, en Italie, ont résulté en une véritable hécatombe !

Il apparaît donc qu’au vu de cette grande différence entre les performances dans la protection contre la propagation du COVID-19, les facteurs culturels et idéologiques ne sont pas négligeables. La liberté au fond ne vaut pas ce qu’elle prétend être en Occident. Que vaut en effet une liberté incapable d’assurer la vie des gens lorsque ce qu’on stigmatise comme son contraire ailleurs y arrive ?  Où se trouve la vraie liberté ? Peut-on vraiment dire que ce qu’en Occident on appelle ainsi a réellement partie liée avec la liberté, alors que depuis 500 ans ce même Occident, d’une manière impénitente prive l’Afrique de la sienne ? Le déni de liberté aux Africains opprimés et dominés et  la faillite empirique de l’idéologie de la liberté en Occident, tout au moins dans le cas de cette pandémie,  mettent en doute la prétention Occidentale à se prendre pour le centre naturel de l’idée philosophique et politique de liberté.

 

Aminou Balogun

copyright5

 

Un commentaire

  1. Merci , Binason Avèkes pour cette analyse.

    LIBERTÉ, oh LIBERTÉ !!!

    Que de crimes ont été commis en ton nom …

    Après vous avoir lu, non seulement je partage votre opinion, mais j’ajoute que notre tendance à tout fétichiser, à cacher la vérité, à opacifier tout ce qui est simple, nous vient vraiment des colonisateurs.
    Par ailleurs, notre mindset a été formaté pour attendre des autres tout ce que nous avons la capacité et le talent pour faire et surtout copier sans discernement aucun ce que font les autres. un exemple: au Ghana on commence seulement maintenant à réaliser que la fabrication de liquide antiseptique pour les mains, puis des masques peut se faire localement au lieu d’en importer…!!!

    Oui, l’Afrique pourrait, devrait s’inspirer de la lutte contre le COVID-19 développée en Chine.
    mais, il faudra que nous soyons plus inventifs et que notre stratégie tienne compte du fait que nous menons une vie communautaire en Afrique. La notion d’ « individu » n’existe pas chez nous :

    « JE SUIS PARCE QUE NOUS SOMMES « .

    Les Chefs d’État africains ont toujours ignoré les obligations de résultats très précis qu’ils ont envers leur peuple : l’amélioration de la vie collective qui seule peut mettre chaque individu en sécurité et à l’abri du besoin.

    Il va falloir y faire face maintenant.

    Cette fois ci, aucun d’eux ne pourra voyager pour aller se soigner, ils devront se contenter des mêmes prises en charges que le citoyen lambda recevra.

    LE COVID-19 NE FAIT PAS DANS LA DENTELLE ET NOUS ĹOGE TOUS A LA MEME ENSEIGNE.

    Il était temps que Justice se fasse.

    Excellente Santé à Tous. 🙏🏾

Répondre à Michèle Abègnonhou Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s