Excusez-moi si Je Vous Tourne le Dos : les Confidences d’une Prostituée Mineure

blog1

Excusez-moi si je vous tourne le dos. Je m’appelle Adijat. J’ai actuellement 15 ans et je suis prostituée au Royal Bar & Brothel à Lagos. Tout a commencé  après la mort de mon père, en 2016. Quelques temps après cet événement douloureux, j’ai quitté Ibadan  à 12 ans pour Lagos avec mon oncle dans le but de rechercher une vie meilleure. J’avais deux frères et sœurs, de 8 et 10 ans respectivement. Avant la mort de mon père, ma mère était impliquée depuis longtemps dans un accident qui lui coûta la moelle épinière.

Mon rude parcours dans la prostitution a pris une tournure décisive quelques semaines après avoir déménagé à Abule Egba. Mon oncle a commencé à me violer.

blog1

Mon oncle a menacé que ma mère ne me croirait pas même si je le dénonçais. Il a menacé que je serai renvoyée si je faisais savoir à sa femme qu’il me violait. Je suis restée silencieuse jusqu’à une nuit où j’ai vu du sang couler de mon vagin. Je ne pouvais plus contenir ma souffrance.

blog1

La femme de mon oncle m’a vu pleurer, a remarqué que j’avais été vraiment maltraitée. Elle a insisté pour savoir qui m’avait violée. J’ai avoué que c’était son mari et ce fut la dernière nuit où j’ai dormi dans leur maison.

Les aveux ont provoqué une querelle entre mon oncle et sa femme. C’est pendant qu’ils se battaient que je me suis enfuie de la maison sans plus jamais y revenir.

Je suis partie sans destination, j’ai dormi dans la rue où j’ai été violée à plusieurs reprises.

Après avoir parcouru plusieurs rues de Lagos luttant pour ma survie, j’ai finalement localisé le Royal Bar & Brothel. Depuis lors, la prostitution est ma seule option. L’argent que cela me rapporte sert au soin de ma mère mourante et de mes frères et sœurs.

J’ai gardé pour moi mes épreuves et la vérité sur mes moyens de survie. J’ai fait croire à maman que je travaillais  comme représentante  de commerce depuis que j’ai quitté la maison de mon oncle.

Que voulez-vous ? Dire maintenant la vérité à ma mère ne fera que nuire davantage à sa santé. Je lui ai menti. Au moins, je gagne de l’argent et je rentre chez moi pour m’assurer qu’elle va bien avec mes frères et sœurs.

La prostitution, ce n’est pas ce que je veux faire pour la vie. J’ai des économies et je vais définitivement arrêter ce travail un jour. Peut-être après que j’aurai un magasin de provisions et serai à l’aise. J’ai définitivement l’intention d’y mettre fin ; mais ce sera après que j’aurai gagné assez d’argent pour être indépendante.

Excusez-moi de vous avoir tourné le dos, je ne suis pas fière de moi…

ibinimori

copyright5

 

 

Un commentaire

  1. Lettre à ADIJAT

    Essuie tes larmes, car elles sont comme une goutte d’eau dans la mer, il parait que
    la Prostitution est hélas ,le plus vieux métier du monde.

    Comme toi, de par le monde, en ce 21ème siècle, elles sont des millions de filles et de femmes qui sont devenues prostituées professionnelles par necessité. D’autres, après des viols, d’autres après des violences intrafamiliales, les guerres et tant d’horreurs.

    Comme toi, leur enfance leur a été volée.

    Comme toi, leur innocence a été fauchée.

    Comme toi, elles ont été forçées à joindre prematurément le monde vicieux et violent des adultes.

    Comme toi, la seule issue pour elles a été une fuite en avant vers le premier « hâvre de paix », la première solution, le premier métier pour lequel tu n’as besoin d’aucune qualification professionelle.

    Comme toi, certaines en font un moyen pour s’en sortir, pour des lendemains meilleurs.

    Comme toi, beaucoup, par peur d’être jugées tournent le dos au monde…

    Comme les autres, ADIJAT, tu n’y es pour rien, tu es victime des méfaits du Patriarcat: l’asservissement de la femme en toute impunité.

    Redresse toi, et avec les autres,
    Faites face au monde, ADIJAT, et dites lui que vous ne serez pas ses victimes expiatoires ad vitam aeternam.

    Dites lui aussi que vous aurez des enfants puisque ( la procréation est le seul pouvoir qu’on vous concède) et que ces enfants qui sont l’avenir de l’Afrique ne seront pas LA REPLIQUE DE VOTRE PROPRE SOUFFRANCE.

    CRIEZ AU MONDE QUE VOUS ETES DES ETRES HUMAINS ET EN TANT QUE TELS, VOUS AVEZ DROIT A LA LIBERTÉ, AU RESPECT ET A LA DIGNITÉ !!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s