ECO : Tant que la France nous Tirera la Langue, Elle se Rira de Nous

blog1

Depuis quelque temps en Afrique francophone, grande est la protestation anti-franc CFA.  La France est accusée d’arnaquer ses colonies, qui ne sont pas anciennes puisqu’elles n’ont jamais cessé d’être des colonies. La jeunesse est en première ligne du combat. La vigilance est forte,  on crie haro sur les tractations et supercheries  autour de la nouvelle monnaie, l’ECO, que la France consent à substituer à l’ancien CFA pour sauver les apparences. La Mascarade absurde d’Abidjan autour de l’Eco est dénoncée avec vigueur par les acteurs financiers et intellectuels africains, ainsi que la jeunesse qui n’en est pas dupe.

Mais personne ne crie sur la langue  française, puisque ceux qui crient se font fort de le faire en français, la langue du colonisateur. A peine se rendent-ils compte que de tous les pays anciennement colonisés par la France, ceux qui ont l’usage du français, au moins comme langue officielle, sont encore ceux qui subissent le CFA ; que les pays dont on peut, pour le coup, dire qu’ils sont réellement anciennement colonisés par la France, à savoir l’Algérie et le Vietnam, n’ont pas l’usage officiel de la langue française, et utilisent leur propre langue pour l’éducation de leurs enfants, comme cela se doit de toute collectivité qui se veut maîtresse  de son destin. Ceux qui protestent contre le franc CFA ne se rendent pas compte que la langue française dans laquelle ils prennent plaisir à hurler leurs revendications et dont leurs pays ont en commun l’usage officiel a les mêmes caractéristiques que le franc CFA :

  1. Elle est française comme le CFA
  2. Elle est made in France comme le CFA
  3. Elle est un système symbolique comme le CFA
  4. Elle est un vecteur de la pensée comme le CFA est un vecteur de l’économie

Or, de cette homologie objective, nous n’avons pas l’air d’être conscients, et ne disons rien. Nous nous croyons réalistes en pensant que l’économie, dont la monnaie est le vecteur, précède l’imaginaire et la pensée d’un  peuple. Peuple affamé n’a point de pensée, pensons-nous dans notre réalisme bien borné. Sans doute prenons-nous au premier degré la fameuse idée de Karl Marx selon laquelle « ce n’est pas la  conscience qui détermine la vie, mais la vie qui détermine la conscience. » Et pour nous, dans l’idée de Marx, la vie est le corps, le ventre, etc… Mais en vérité, rien n’est moins sûr sinon faux, car le même Marx a mis en avant le rôle primordial de la superstructure, par rapport à l’infrastructure, y compris l’infrastructure de l’estomac. Or qui dit superstructure dit conscience et  pensée, et qui dit pensée dit langue…

La liberté d’une collectivité humaine est d’abord mentale. Et il n’existe aucun peuple libre au monde qui soit condamné à penser dans la langue d’un autre, et pire dans la langue de son prédateur historique. La condition africaine sous ce rapport est unique au monde, et ce qui est grave, c’est que nous la considérons comme allant de soi. La langue des autres n’est pas à même de nous aider à capturer l’essence du monde dans notre intérêt. Et la langue du colon, notre prédateur impénitent encore moins, car c’est une camisole de force, un filet dans lequel le Blanc retient notre pensée, la corrompt, la détermine et la tourne contre nous à chaque instant.

Or tant ce que nous serons seulement en train de nous agiter autour de la question de la monnaie française CFA ou sa version nouvelle ECO, sans nous poser  prioritairement ou à tout le moins concomitamment la question de notre hétéronomie symbolique — c’est-à-dire le fait que nous soyons au monde les seuls peuples à devoir parler et à faire parler joyeusement à leurs enfants la langue de ceux qui les tiennent en esclavage — alors, la France nous tirera la langue et se rira de nous…

Adenifuja Bolaji

copyright5

Un commentaire

  1. A mon avis la voie royale de notre indépendance monétaire passe par l’autonomie linguistique et mentale. Autrement dit, le jour où nos enfants penserons par eux-mêmes dans la langue de leurs mères ou de leur pères, nous aurons notre propre monnaie…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s