Pauvre Topanou : quand l’Amour de Soi Terrasse les Beaux Discours

blog1

Depuis qu’il a cessé d’être Ministre de Yayi, on sentait une frustration tenailler ce Monsieur. Au Fur et à mesure du temps, son aventure politique personnelle a tourné en eau de boudin, et jouant les puristes à l’excès, il n’a pas été considéré par Talon pour faire partie de sa horde primitive. Maintenant, une porte s’entrouvre et il s’y engouffre sans demander son reste.

Cet affichage médiatisé opéré par Talon à la veille d’une élection controversée qui instaure la dictature, est un geste de communication calculé qui vise moins les Béninois eux-mêmes que l’opinion internationale, principalement  la France. Le message envoyé est basé sur le syllogisme implicite suivant : « vous voyez, ce peau-noir-masque-blanc qui passe pour un lettré me trouve fréquentable, donc il n’y a pas péril en la demeure.« 

En somme, en toute connaissance de cause, Monsieur Topanou se donne comme caution intellectuelle à Talon. Un peu comme si, à la veille de la mise en œuvre de la « solution finale » durant la seconde guerre mondiale, un professeur allemand bien connu, comme Heidegger, rendît visite à Hitler et au sortir de leur tête-à-tête, disait : « Le Führer m’a fait l’honneur pendant les toutes dernières heures avant la mise en œuvre de la « solution finale », de me recevoir, d’échanger avec moi. Il connaissait mes opinions pour les avoir lues ou entendues ; par ailleurs, il savait les points sur lesquels on n’étaient pas d’accord. Donc il a tenté de me convaincre et d’emporter mon adhésion à son projet. Je ne vous dirai pas aujourd’hui s’il y est parvenu ou pas mais toujours est-il que les échanges ont été très fructueux, et surtout très courtois et très respectueux. »

C’est triste pour notre race mais, il faut dire que cet intello-zombie qui n’est jamais si heureux que quand il parle français est l’incarnation, le prototype même du pauvre aliéné. Plus les gens se vautrent dans la manière d’être au monde des autres et y trouvent leur bonheur, plus ils sont à côté d’eux-mêmes, ils n’ont pas d’être en soi. De l’argent ? de l’honneur ? une promesse de nomination ? Et les voilà qui disent blanc aujourd’hui quand il ont dit rouge hier.

Ce type — sa palinodie en direct, cette façon sibylline et introvertie qu’il a d’avaler son propre vomi — est la preuve même que l’Afrique ne pourra jamais s’en sortir tant que nous ne reviendrons pas vite à nous-mêmes et à nos références symboliques. Il faut arrêter d’éduquer nos enfants dans la langue des Blancs, et vite leur donner une éducation axée sur nos valeurs. Nous devons être la dernière génération de ceux qui auront été intoxiqués à  leur corps défendant dans la langue et selon les œillères du colonisateur.

Des aliénés comme ce soit disant professeur donnent raison à Jerry Rawlings lorsqu’il pense que c’est parce que nous ne faisons pas allégeance à nos propres dieux que nos hommes politiques trahissent leur serment. L’Africain dont l’être flotte dans l’éther du Blanc ne s’appartiendra jamais, et là est notre malheur…



Aminou Balogun

copyright5

 

Publicités

2 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s