Pendant que des Policiers Protestent au Nigeria, au Bénin une Cabale Politique Préconise la Suppression du Droit de Vote des Enseignants

blog1.jpg

Les événements sociopolitiques dans notre sous-région ouest-africaine se donnent à lire sous un jour de contradiction et de changements, voire de vicissitudes  pour le moins effarants. Les certitudes et les idées reçues sur les états vacillent chaque jour. Tel est le cas de la comparaison du Nigeria et du Bénin sous l’angle de la Démocratie, et de la liberté d’expression des citoyens. A cet égard, l’actualité est riche d’enseignement et donne à réfléchir. Comme cette histoire de policiers en grève au Nigeria.

Des policiers mobiles de Maiduguri, capitale de Borno, ont protesté contre le non-paiement de leurs indemnités.

Les policiers protestataires ont barricadé leur quartier général situé sur l’autoroute Maiduguri-Kano. La manifestation a perturbé la circulation sur la route.

Un des manifestants qui a parlé sous-couvert de l’’anonymat, a déclaré qu’ils étaient en colère contre le non-paiement de leurs indemnités au cours des six derniers mois.

« Environ 10 000 policiers mobiles ont été déployés dans l’Etat à partir de différents commandements, mais nous n’avons pas reçu nos indemnités au cours des six derniers mois.

« Nous servons au quartier général du commandement depuis notre déploiement; mais certains d’entre nous déployés dans d’autres endroits à l’extérieur du siège reçoivent leurs indemnités en temps et en heure.

« Nous avons été confrontés à des difficultés en raison du non-paiement des indemnités. Nous avons fait plusieurs plaintes mais personne ne nous a écoutés », a déclaré le policier lésé.

Le commissaire de police de l’état, Damian Chukwu, a expliqaué que le non paiement était dû au retard dans l’adoption du budget 2018.

Il a appelé les policiers protestataires à se calmer et a assuré que leurs indemnités seraient versées.

Pendant que des policiers protestent dans un Nigeria dirigé par un ancien général dictateur converti à la démocratie, au Bénin voisin qui jusque-là passait pour le laboratoire africain de la Démocratie on parle pince sans rire de suppression du droit inaliénable de grève à des enseignants ?  Qui enseignera la liberté d’expression et de manifestation citoyenne à nos enfants si l’enseignant ne peut pas l’appliquer ?

Aminou Balogun

ibinimori

copyright5

 

 

Publicités

Un commentaire

  1. C’est vraiment dommage pour l’Afrique et je suis désolé pour cette male gouvernance des présidents idiots.Quand l’Afrique aura des bon présidents comme Mandela ?jeunesses Africaines réveillon-nous…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s