Monologue du Vagin ; Éloge de la Masturbation : Éwò̩ !

blog1
La sex doll mania qui envahit en ce moment les réseaux sociaux et nourrit des discussions passionnées ou inquiètes sur les rapports entre les sexes et la morale humaine est révélatrice de notre époque du tout virtuel. Mais qu’on le veuille ou non, la poupée sexuelle n’est qu’une forme de masturbation instrumentée, un objet de masturbation 3 D qui à la prétention illusoire et dangereusement autistique de la complétion ou d’une fausse clôture ontologique.
Et le vice dans le phénomène insidieux de publicité dont jouit ce nouvel objet/produit de la civilisation du virtuel dans laquelle nous sommes est une résurgence de la valorisation/banalisation de la masturbation et de l’autoérotisme. Cela traduit une époque où non seulement le virtuel est roi, mais aussi une époque où l’autre en tant que réalité a disparu ou presque. Une époque qui poursuit avec obstination le culte de la dématérialisation aux confins de la déréalisation, jusque dans l’intimité morale des personnes, et dans ce qui fait la spécificité de leur existence humaine : leur dignité morale transcendante.
Comme le système capitaliste mondialisé a épuisé les charmes des produits courants qu’il a réussi a incorporer aux mœurs consuméristes de l’humanité comme une seconde nature – auto, portables, smartphones, internet, etc.. – il cherche à fourguer un autre produit euphorisant. Et le principe vicieux de ce nouveau pari a sa logique. C’est que si l’humanité a naturalisé un objet sans aucune racine naturelle comme le téléphone portable au point d’y être accroché jour et nuit comme un bébé au sein nourricier de sa mère, a fortiori un objet censé répondre à un besoin éminemment naturel comme le sexe n’aura aucune difficulté à être adopté.
Mais comme c’est toujours le cas avec le système capitaliste, un tel pari vicieux ne dit pas ce qu’il en coûte à l’humanité de s’abaisser à prendre pour partenaire sexuel un objet fabriqué de sa propre main. Que dirions-nous d’un artiste qui sodomise la statue qu’il a fabriquée lui-même au motif que sa femme abhorre la sodomie? Double déchéance ! Éwò̩!

Alan Basilegpo

copyright5

 

Publicités